Parler en public: sept techniques qui m’ont vraiment aidé à dépasser ma timidité

Parler en public est, parait-il, une des plus grandes peurs de l’être humain. Il y eut en effet un moment dans ma vie où ce fut le cas. Étant plutôt timide, mes premières années dans l’enseignement ont été très pénibles, alors qu’aujourd’hui j’éprouve beaucoup de plaisir à rencontrer un auditoire, petit ou grand, dans à peu près n’importe quelle condition. Voici quelques trucs qui m’ont aidé à parler devant un public et à devenir à l’aise comme conférencier.

1. La clé est dans la préparation  

Il est évident qu’une partie de la confiance qu’éprouvera un auditoire envers vous repose dans sa reconnaissance de votre compétence. Vous devez posséder une solide connaissance de votre sujet et préparer adéquatement votre contenu, que ce soit pour un cours ou une conférence. Ajoutez-y des histoires et des exemples (cela touche le côté kinesthésique de l’auditoire). Sachez tout de même que des plaisanteries et de l’entertainment ne réussissent jamais bien longtemps à camoufler un contenu pauvre. Pensez aussi à votre auditoire. Que croyez-vous qu’il veut entendre? Un discours universitaire ou une présentation plus générale?  Donnez-lui ce qui lui convient.

2- Pratiquez avant de parler en public

Prenez le temps de pratiquer à voix haute jusqu’à ce que vous soyez à l’aise avec votre déroulement. À chaque fois que j’avais à présenter un nouveau sujet, je m’installais dans une classe ou un local vide, avec ma présentation Power Point et mes notes, puis je faisais comme si je donnais vraiment ma conférence, à voix haute, comme si j’avais un auditoire devant moi.

Cela me permettait de me mettre les mots bien en bouche, (c’est très différent de lire un texte dans sa tête et de le livrer à voix haute), de vérifier la logique de ma présentation, de mesurer si mon contenu entrait dans le temps alloué et de faire les changements nécessaires. Puis, je la refaisais une deuxième et parfois une troisième fois d’un bout à l’autre. De cette façon, quand je la livrais devant un auditoire bien réel, c’était comme si je l’avais déjà livrée. Pour moi, cela a fait une énorme différence.

3- Vous vous sentez rouillé?

Si vous n’avez pas souvent l’occasion de parler en public ou si cela fait déjà un certain temps que vous ne l’avez fait et que vous vous sentez rouillé, c’est une bonne idée de regarder des conférences sur des vidéos offrant des séquences où l’on voit l’auditoire (du point de vue du conférencier). Rendez-vous sur TED où vous trouverez gratuitement des centaines de conférences sur des thèmes variés (avec sous-titres français).

4- Repérez les lieux

Quand j’arrive à l’endroit où je dois parler devant un public, pour une conférence, un cours ou une formation, toutes les fois que c’est possible, je vais faire un tour de reconnaissance dans la salle pour mieux la sentir. Je vais à l’avant, je monte sur la scène s’il y en a une, pour avoir un aperçu de ce que j’aurai devant moi.

En même temps, cela me permet de voir tout de suite son organisation et de prévoir les problèmes de façon à les régler avec les organisateurs si c’est possible avant le début. Ne croyez pas que les organisateurs vont tout prévoir (à moins que ce soit un grand événement organisé par des professionnels… et encore). Et ne prenez pas comme un caprice de vedette le fait de demander un changement qui vous permettrait d’être plus à l’aise et de ne pas être distrait ou dérangé.

5- Étudiez comment font les autres

Assistez à plusieurs conférences (ou regardez-les sur votre ordinateur ou votre liseuse numérique) et observez ce que fait l’orateur. Comment introduit-il son sujet, comment amène-t-il ses exemples,  comment conclut-il, est-il statique ou en mouvement, comment est construite sa présentation Power Point, etc. Tiens, pourquoi ne pas regarder un extrait d’une de mes conférences.

Et si le conférencier est particulièrement barbant, désennuyez-vous en essayant de comprendre comment il arrive à l’être autant.

6- Revoyez-vous

Si votre conférence est enregistrée sur vidéo, demandez une copie et regardez-vous. Je sais, il n’y a pas beaucoup de gens qui aiment se voir ou s’entendre et c’est souvent une expérience pénible. Mais dites-vous que, contrairement à la majorité des gens qui sont paralysés à l’idée de parler en public, vous vous l’avez fait. Tapez-vous pas sur la tête, mais observez le déroulement et voyez d’abord ce qui a bien fonctionné, de façon à créer en vous un bon état d’esprit. Puis, trouvez ce qui a moins bien fonctionné et notez-le. Demandez-vous ensuite comment vous pourriez améliorer ce point la prochaine fois.

7- Jouez votre rôle

Entrez dans la peau de votre personnage et jouez-le comme si c’était un rôle (c’en est un!). Voilà un moyen qu’utilisent les meilleurs artistes avant un spectacle, les meilleurs communicateurs avant de parler en public, les meilleurs professeurs avant d’entrer en classe, les plus grands athlètes avant une compétition. Avant d’entrer en scène, tenez-vous de la même façon que se tiendrait un conférencier d’expérience, totalement confiant en ses moyens.. Respirez comme si vous étiez complètement motivé, confiant… Jouez ensuite avec les muscles de votre visage, souriez et prenez l’expression que vous auriez si vous aviez une confiance en vous inébranlable… Maintenant, entrez dans la pièce de la même démarche que le ferait un conférencier sûr de ses moyens, confiant, parfaitement motivé…

Mettez dans votre regard l’étincelle de la parfaite confiance en soi. Parcourez votre auditoire du regard et faites contact visuel avec les personnes présentes, souriez et elles vous souriront en retour. Très rapidement, vous allez constater que votre état d’esprit s’accorde avec cette physiologie. (Pour en savoir plus, lire Comment entrer en scène, dans mon livre Oser changer: mettre le cap sur ses rêves, pp. 197-206).

Note

Louis Szabo, praticien énergétique, me signalait que, pour lui, «mise à part la préparation (répéter), c’est la routine énergétique de 5 minutes de Donna Eden qui a fait une profonde différence. Vous allez facilement la retrouver sur YouTube.

Psychologue et auteur passionné par la communication et la recherche de moyens pratiques pour être heureux et traverser activement les changements. Il est co-auteur de Oser changer. Mettre le cap sur ses rêves et de Lacher prise. Prendre de l’altitude.

Partagez