Changer dans le plaisir: le renforcement positif

changer

Vous croyez que le changement doit se faire dans la douleur? Et si changer pouvait se faire dans le plaisir? En tout cas, c’est l’hypothèse du site thefuntheory.com qui présente sur vidéos plusieurs expériences tendant à démontrer qu’on peut changer pour le mieux le comportement d’individus (que ce soit pour eux-mêmes, pour la protection de l’environnement, etc) par le jeu et le plaisir. Les quelques vidéos de ce site (que vous trouverez plus bas) tendent en effet à démontrer comment, en rendant le tout amusant, on peut :

  • Amener des gens à recycler le verre.
  • S’assurer que les personnes gardent leur ceinture de sécurité en auto.
  • Augmenter le nombre d’automobilistes qui respectent la limite de vitesse.
  • Amener plus de gens à déposer leurs déchets dans les poubellles au lieu de les jeter par terre (voir vidéo 1 ci-dessous).
  • Encourager plus de personnes à prendre l’escalier au lieu de l’ascenseur ou l’escalier roulant.

Conditionnement opérant

En fait, on parle ici de conditionnement opérant (vous vous rappelez Skinner?) qu’on utilise fréquemment pour entraîner les animaux. Cette méthode d’apprentissage utilise le renforcement positif et le renforcement négatif. Dans le cas qui nous concerne, il s’agit du renforcement positif qui, grâce à l’ajout d’un stimulus agréable (récompense, félicitations, etc.) dépendant de la réponse, augmente la probabilité de répétition d’un comportement. Le renforcement négatif quant à lui augmente la fréquence d’apparition d’un comportement grâce à un retrait ou à l’arrêt d’un stimulus désagréable. retenez cependant que le renforcement positif est beaucoup plus efficace que le négatif (et que la punition).

Aussitôt que se manifeste le bon comportement, il ne faut cependant pas manquer de le récompenser. Par exemple, on doit récompenser les enfants qui s’amusent ensemble au lieu de se battre, ceux qui sont propres alors qu’il leur serait facile d’être désordonnés et ceux qui disent la vérité au lieu de mentir et d’étirer la vérité.

Donner aux enfants des responsabilités, les récompenser s’il s’en acquittent, s’exercer à de nouveaux comportements, en faire l’apprentissage par des jeux de rôles (se pratiquer par exemple à refuser une cigarette, un joint, etc.), voilà autant de façons d’apprendre à régulariser un comportement. (Extrait du livre de Marie Bérubé, Être parent. Poser les bons gestes.)

Quelques règles pour bien récompenser

On sait cependant que pour que la récompense soit efficace, on doit tenir compte de trois règles:

  1. S’assurer que la récompense suit très rapidement l’action que l’on souhaite renforcer.
  2. Récompenser systématiquement. L’action X devrait toujours entraîner la récompense ou à tout le moins une possibilité de récompense (voir point 3). Cependant, sachez que s’il entraîne toujours une récompense, le comportement souhaité va s’acquérir plus rapidement, mais disparaitre aussi plus rapidement (extinction). C’est sans doute ce qu’on peut craindre qu’il arrive avec les exemples mentionnés plus haut sur le site thefuntheory.  Ce qui nous conduit au point suivant.
  3. Récompenser de manière intermitante. Une fois établi qu’une récompense est reliée à une certaine action, commencez à l’offrir de manière intermitante.   C’est-à-dire que le comportement est parfois renforcé lorsqu’il est satisfaisant, parfois non. Le comportement souhaité va alors disparaître moins vite.

Note: Pour en savoir davantage sur l’utilisation du renforcement positif et négatif chez l’enfant, nous vous référons au livre ÊTRE PARENT de Marie Bérubé, particulièrement les chapitres  Les alternatives à la punition et Les rivalités fraternelles.  

Vidéo 1

Vidéo 2

Pour partager
>