8

Créativité et ennui font bon ménage… sans le téléphone portable

créativité

L’ennui précède toujours une période de grande créativité. Robert M. Pirsig, philosophe américain célèbre pour son livre Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes

Vous avez quelques minutes devant vous, pendant une pause au travail, au lunch, dans une file d’attente, en marchant dans un parc ou la nuit pendant une période d’insomnie. Qu’est-ce que vous faites?

Si vous êtes comme la majorité des gens (et je m’inclus), vous allez prendre votre téléphone portable et consulter vos emails et surfer sur vos medias sociaux. Saviez-vous que la personne moyenne vérifie son téléphone 150 fois par jour? Sans vous en rendre compte, votre attention est alors happée par les pièges que vous tendent les milliers d’ingénieurs qui travaillent chez Facebook, Twitter, Netflix et autres. La compétition est féroce.

Pourquoi chacun, en moyenne, passe-t-il deux ans de sa vie sur Facebook? Sans doute pour tromper l’ennui avant même qu’il ne pointe le bout de son nez. Mais saviez-vous qu’en voulant éviter l’ennui, non seulement nous alimentons les banques de données de grands conglomérats (on n’y échappe pas, n’est-ce pas!), mais surtout nous nous privons d’idées créatrices qui pourraient pimenter notre vie, l’enrichir et peut-être nous aider à faire ces changements que nous remettons?

Comme une machine à sous

Mais pourquoi une personne va-t-elle consulter son téléphone 150 fois par jour? Pour la même raison que d’autres vont ajouter sans arrêt de l’argent dans une machine à sous: pour le plaisir de la récompense. Vous connaissez les principes du renforcement?

Pour qu’une récompense soit efficace, on doit tenir compte de trois règles:

  1. S’assurer que la récompense suit très rapidement l’action que l’on souhaite renforcer.
  2. Récompenser systématiquement.
  3. Et récompenser de manière intermittente pour éviter l’extinction du comportement.

Comment notre téléphone portable se compare-t-il à une machine à sous? Voici ce qu’en dit Tristan Harris, ancien designer pour Google (1).

  • Nous jouons à une machine à sous quand nous sortons notre téléphone pour voir les notifications que nous avons reçues.
  • Aussi quand nous consultons nos emails, pour voir ce que nous avons reçu.
  • Ou quand nous faisons glisser notre doigt pour faire défiler le flux Instagram et voir quelle photo vient ensuite.
  • Et quand nous faisons glisser les visages vers la gauche ou la droite sur des applications de rencontre comme Tinder,  pour voir si nous avons un match.

Et nous finissons par souffrir de FOMSI. Non, ce n’est pas un champignon, mais l’acronyme de Fear Of Missing Something Important, la peur de manquer quelque chose d’important (même si la probabilité que ce soit le cas soit très faible).

Comprenez-moi bien, je trouve cet instrument tout à fait utile et je m’en sers (même si je suis plus tablette et ordinateur). Mais est-ce qu’en tuant notre ennui, ces appareils ne tuent pas aussi une source importante de créativité?

L’ennui: occasion de créativité

En fait, l’ennui est le signal que nous envoi notre cerveau de faire quelque chose. Il y a un vide à combler. Et dans notre culture ultra-productive où nous cherchons constamment à atteindre nos objectifs, cet état d’esprit est perçu comme négatif. À quand remonte la dernière fois où vous êtes ennuyé? Si vous avez de la difficulté à vous en rappeler, pensez aux enfants qu’on divertit non stop pour ne pas qu’ils s’ennuient et à la jeune génération qui est branchée en permanence.

Toute la technologie actuelle est un atout extraordinaire pour améliorer notre efficacité, c’est certain, mais son utilisation exagérée empêche aussi notre esprit de respirer et d’être inspiré.

L’ennui ouvre les portes de notre créativité, permet de découvrir des réponses à des questions (entre autres, qu’est-ce qui me manque?), de trouver des solutions à des problèmes. Beaucoup d’écrivains et de chercheurs se font demander où ils puisent leurs idées. Souvent, ils répondent que l’inspiration vient quand ils laissent vagabonder leur esprit.

Dans une étude récente, des chercheurs ont voulu tester le lien entre l’ennui et la créativité. Ils ont demandé à 80 participants d’effectuer des tâches ennuyeuses comme de copier et de lire des numéros d’un annuaire téléphonique. Puis ils leur ont présenté des gobelets de plastique en leur demandant de trouver le plus grand nombre d’utilisations possibles. Les résultats montraient que les groupes qui avaient fait les tâches fastidieuses de l’annuaire téléphonique trouvaient des réponses beaucoup plus créatives que le groupe de contrôle. (2)

Alors que faire?

Revenons à notre téléphone. C’est difficile de lutter contre la récompense immédiate que procure l’ouverture de notre smartphone ou de notre tablette. En fait, plus on lutte, pire c’est. Mais voici quelques idées.

  • Décidez comment vous voulez utiliser les technologies, plutôt que de laisser les plateformes décider pour vous. Si c’est pour vérifier vos emails, faites-le et passez à autre chose. Arrêtez de vous trouver des excuses. Le monde attend vos idées créatrices, alors il peut bien attendre un peu que vous répondiez à son message ou à son J’Aime.
  • DING! Désolé, je viens d’avoir une notification d’un email entrant… Désactivez les notifications automatiques entre telle et telle heure. Je me sens comme un chien de Pavlov à chaque fois que je réagis à une cloche, pas vous?
  • Ne tenez pas toujours votre téléphone à la main. Mettez-le dans votre sac.
  • Plus vous résistez consciemment (c’est une décision) à l’envie de regarder votre téléphone à la pause, en faisant la queue à la cafétéria, dans une salle d’attente ou même en plein milieu d’une conversation (ça arrive!), plus l’habitude va se prendre, plus la voie neuronale va se développer. Dites-vous que vous aérez votre cerveau et lui permettez de respirer.
  • Pour vous distraire d’un travail qui exige de la réflexion, faites une pause, regardez par la fenêtre, griffonnez sur une feuille et sachez qu’en ne faisant rien, vous êtes le plus productif et le plus créatif possible. (3)
  • Quand vous vous réveillez la nuit, résistez à l’envie de consulter vos emails. Éloignez votre téléphone et fermez-le.
  • Considérez l’ennui comme une occasion de répondre à vos propres besoins (et non à ceux des annonceurs sur Internet). Profitez du moment pour vous tourner vers votre monde intérieur qui vous envoie ses propres notifications.
  • Gardez-vous des périodes pour rêver éveillé. Vous donnez ainsi une pause au cortex préfrontal (la logique), et vous entrez dans votre inconscient où règnent l’intuition et la créativité.
  • Prenez des pauses créativité de votre travail. Certains créateurs mettent dans leur agenda une période programmée d’ennui… c’est pas si bête. Ces pauses rafraîchissent l’esprit, ressourcent l’esprit et vous aident à devenir plus créatif.
  • Allez marcher (sans téléphone). Des chercheurs de Stanford ont clairement démontré la supériorité de la pause marchée sur la pause assise pour déclencher des idées créatives. Et si vous avez la chance de marcher dans la nature, là où les réseaux ne vous rejoignent pas, vous gagnez par défaut.

En terminant

Alors, la prochaine fois que vous vous asseyez sur un banc dans un parc pendant quelques minutes, fermez votre téléphone, votre tablette, votre livre ou tout autre accessoire qui vous distrait de l’endroit où vous êtes endroit et du moment que vous vivez, et laissez errer vos pensées; non seulement vous allez regagner un peu (beaucoup?) de ce temps si précieux qui vous fait cruellement défaut et qui vous sert si souvent d’excuse, mais vous laisserez une chance à votre inspiration créatrice de s’exprimer.  Einstein écrivait: La logique vous amènera de A à B. L’imagination vous amènera partout. 

Notes

(1) Tristan Harris – How Technology is Hijacking Your Mind —Je vous conseille la lecture de son article pour mieux comprendre comment la technologie détourne notre attention. Shocking!

(2) Source: Jordon Rosenfeld –I Kicked My Smartphone Addiction By Retraining My Brain To Enjoy Being Bored

(3) Source: Manoush Zomorodi – How boredom can lead to your most brilliant ideas.

Partagez
  • Depuis longtemps, je persiste à croire que ” les interminables attentes” chez le docteur, chez le dentiste, chez le coiffeur, pour renouveler le permis de conduire, le passeport, pour payer les achats, à la banque, au téléphone, et j’en passe, sont autant de moment à chérir. Ces moments sont les seuls à nous empêcher de courir comme des fous. Pour certains, ces moments emprisonnent. Pour moi, ils libèrent mon temps d’obligations. Seulement là, puis-je me sentir totalement libre d’explorer ma folie, cette grande créatrice qui réside en moi. Merci ! Longue file d’attente ! Tu me permets d’être moi ! Et pour celà, je t’aime.

  • Sophie dit :

    Merci pour ces articles très enrichissants, qui font réfléchir et prendre conscience de notre “conditionnement”
    Qq astuces pour faire autrement au quotidien, simple et efficace.
    Pas évident de faire changer les habitudes de la jeune génération…

  • René dit :

    bonjour Marc Vachon , en effet , j’ai passé un mois en argentine , sans connexion internet ou presque et sans reseau telephonique …
    et quelle experience , tout un univers interieur de decouverte .. et surtout de communication simple entre les gens …
    nous le vivions il y a peine 10-15 ans … la creativite , la simplicite , etc … l’humanite quoi !
    Nous sommes toujours dependants de quelque chose .. mais de vivre sans regulièrement nous fait un sevrage , quio permet de le voir et de reagir comme on le souhaite … chacun son choix , ses possibilités , pas besoin d’edicter des regles , on les trouve tout seul … librement .. j’ai vraiement aime ce choix et le vivre … merci d’avoir soulevé le sujet …

  • Anne dit :

    Merci pour vos podcasts et articles… toujours écoutés avec grand intérêt de Belgique.

  • Manon Daigneault dit :

    Que de pertinence dans ce texte! Non seulement ça rejoint mes préoccupations et réflexions à l’égard de ma propre utilisation. Mais ça donne aussi des pistes pour que, collectivement, on puisse légitimer le mode « pause » sur ces appareils. Pour créer et innover entre autres! Merci!

  • Leclercq Aliette dit :

    pour ma part, je me sert très peu de mon portable et je m’en porte bien.

  • Dumont Édith dit :

    Merci une belle réflexion qui est très actuelle. Vos articles sont toujours bien préparés

  • Laurence dit :

    merci pour cette réflexion bien inspirée. J’aime aussi l’article de Tristan Harris.

  • >