6

L’effort et la difficulté: 2 pivots de la réussite scolaire

L’effort, la persévérance et la résistance sont des éléments incontournables dans la réussite scolaire chez le jeune, car ils favorisent le développement de la confiance en soi.

par Myriam Tahiri Hassani

Votre jeune rencontre des situations de vie éprouvantes qui menacent son fonctionnement scolaire. Vous vous sentez déroutés, démunis voir impuissants. Votre enfant est lui-même perdu, envahi par une détresse émotionnelle qui le freine dans son élan de réussite. En tant que parent, vous vous posez la question suivante: quelle serait l’une des meilleures pistes à privilégier pour aider mon jeune à orienter son parcours scolaire vers la réussite malgré les obstacles de vie qui peuvent le prédestiner à des échecs voir un décrochage scolaire.

Viser le développement de la confiance en soi chez votre enfant au travers de la difficulté et de l’effort, est l’un des meilleurs gages de réussite. Comment?

Trois étapes à suivre

  • Première étape 

Créez des occasions au travers desquelles votre enfant fait face à une difficulté qu’il doit surmonter. En d’autres termes, placez votre enfant dans des situations au travers desquels il est amené à relever des défis adaptés à son potentiel. Ces défis peuvent être ancrés dans des tâches scolaires, domestiques ou autres. 

  • Deuxième étape

Encouragez votre enfant à instrumentaliser sa personnalité pour relever les défis en question, et ce, même si les solutions qui y seront amenés à cet effet, vous surprennent tant elles divergent de votre cadre de référence.

  • Troisième étape

Validez la singularité du processus de réflexion de votre enfant en approuvant les solutions sollicitées lui ayant permis de surmonter le niveau de difficulté proposé par le défi de la tâche.

Quelle est la philosophie derrière ces étapes?

L’effort, la persévérance et la résistance sont des éléments incontournables dans la réussite scolaire chez le jeune, car ils favorisent le développement de la confiance en soi. Dans quel sens?

En contexte de difficulté, le jeune est amené à mettre en place des actions spécifiques correspondant à des stratégies d’adaptation qui lui sont propres et qui lui permettraient de pallier les situations de vie difficiles afin de développer les apprentissages nécessaires à sa réussite scolaire. Au travers de ce processus d’adaptation, votre enfant sera alors amené à investir des éléments de sa personnalité et/ou à développer des compétences adaptées aux défis à relever, afin de surmonter la difficulté.

Cela suscite deux aspects importants: d’une part, votre enfant réalise dès lors qu’il est capable de récolter le succès au travers de la difficulté, et ce, en investissant l’être qu’il est ou souhaite devenir. Il réalise que sa personnalité est son meilleur allié car elle lui facilite la voie vers la réussite. D’où l’importance de favoriser l’intrication des actions de votre enfant dans sa personnalité. D’autre part, il réalise qu’au travers de la difficulté, il est en mesure de mettre en place, par lui-même, des actions qui suscitent un développement de soi.

Dans ces deux cas de figure, le jeune prend conscience de son pouvoir d’agir sur des évènements de vie éprouvants et prend confiance en lui, au fur et à mesure qu’il est témoin de ses accomplissements.

Par ailleurs, il faut savoir que le développement de sa confiance en lui peut être catalysé par la qualité des feedbacks positifs qu’il reçoit de ses parents. En effet, plus un parent valide les mécanismes adaptatifs singuliers de son enfant, plus celui-ci se convainc de sa capacité à confronter la difficulté sans être tenté de l’éviter de prime à bord.

Comment aider votre enfant à développer le sens de l’effort et de la persévérance?

Pour aider le jeune à intérioriser la valeur de l’effort et de la persévérance face à une difficulté, il est important de semer et cultiver en lui les germes de la patience qui lui permettront d’atteindre ses objectifs, malgré les obstacles, et ce, sans se laisser anéantir et dérouter par les émotions négatives telles que la colère, la tristesse ou même la peur que peuvent susciter de tels obstacles.

De notre point de vue, déployer un effort s’inscrit dans deux cas de figures: soit l’effort est fourni quand la tâche à accomplir est ennuyeuse mais facile, ou alors ce même effort est déployé lors d’une tâche difficile, mais intéressante de par les défis qu’elle suscite. Si le jeune doit s’adonner à une tâche facile et intéressante, celle-ci s’effectuera d’une manière mécanique comme s’il était conditionné. En fait, tout est une question de programmation, d’où le rôle capital des parents dans l’enseignement des valeurs inestimables qui permettront de conditionner leurs enfants à agir d’une manière ou d’une autre selon les différentes situations qui se présenteront à eux.

Par exemple, la période de devoirs constitue un véritable entrainement pour votre enfant, au cours de laquelle il est amené à investir, en fin de journée, efforts et énergie pour solliciter ses compétences à différents niveaux (concentration, attention, raisonnement) afin de compléter des tâches scolaires pouvant être ennuyantes ou difficiles. Dans un tel contexte d’effort intellectuel, votre enfant acquiert le sens de la persévérance et devient par le fait même acteur de sa réussite scolaire.

Les tâches quotidiennes

À ce propos, les interventions éducatives devraient viser une évolution graduelle de l’enfant en lui offrant l’opportunité, justement, d’exercer ses efforts et d’aller au-delà de ce, qu’a priori, son potentiel semble lui permettre de réaliser. Aussi, nous recommandons d’initier les jeunes à achever régulièrement des tâches nécessitant un effort à la maison. Ainsi, le fait de les habituer à réaliser des tâches quotidiennes sera bénéfique à court et à long terme: plus l’effort est fourni, plus l’individu s’habitue à le fournir d’une manière naturelle. L’inverse est aussi vrai. Les parents ainsi ont donc libre cours.

Néanmoins, il faut toujours garder à l’esprit l’importance d’une communication fluide et transparente afin que le jeune se sente libre d’exprimer, entre autres, ses peurs, ses angoisses, ses limites, ses obstacles, ses désirs, ses rêves, et ses ambitions, permettant ainsi d’adapter les méthodes éducatives. En contexte de vulnérabilité, les jeunes peuvent être isolés ou être portés à s’isoler, d’où l’importance qu’il y ait des lieux d’échange, de communication et d’expression de la souffrance.

Pour conclure

En sensibilisant votre enfant quant au lien qui unit l’effort, la difficulté, à la confiance en soi et à la réussite, vous pouvez l’encourager à ne pas se laisser décourager ou abattre face à la difficulté. C’est en relevant les obstacles que la résilience se développe et qu’il est alors possible de surmonter les situations pouvant constituer un obstacle à la réussite scolaire. Aussi éprouvant que puisse être le fait de faire face à une situation difficile, encouragez vos enfants à relever les défis qui y sont associés en leur rappelant  que «dans l’adversité, se trouve une facilité et se cache un potentiel de développement» (1).

(1) Tahiri Hassani, M. (2018). L’identité et l’héritage socio-culturel au coeur de la réussite scolaire chez les jeunes issus de la deuxième génération de l’immigration haïtienne. Thèse, Université de Québec à Montréal.

Myriam Tahiri Hassani est Docteure en psychologie de l’éducation. Elle travaille depuis plusieurs années en clinique privée auprès des enfants et adolescents et de leur famille, selon une approche cognitivo-comportementale et systémique. Elle est également chargée de cours à l’Université de Québec à Montréal où elle enseigne les cours Psychologie de la famille et Psychologie et immigration. myriam_tahiri@hotmail.com

Partagez
Myriam Tahiri Hassani
 

Myriam Tahiri Hassani est Docteure en psychologie de l’éducation. Elle travaille en clinique privée auprès des enfants et adolescents et de leur famille, selon une approche cognitivo-comportementale et systémique. Elle est également chargée de cours à l’Université de Québec à Montréal où elle enseigne les cours Psychologie de la famille et Psychologie et immigration.

  • Avatar Marc Vachon dit :

    Merci beaucoup Isabelle. Ne manquez pas le prochain balado, on parle d’attachement.

  • Avatar Isabelle dit :

    Bonjour,

    Isabelle à nouveau pour vous préciser, vous redire comme le travail de Marie Bérubé « Être parent », tout comme vos » ballados » me sont tellement utiles !! Merci!

    A tous vos lecteurs, si vous ne l’avez pas encore, procurez vous « Être parent » de Marie Bérubé.

  • Avatar BELKO ALI dit :

    COOL VOTRE TEXTE

  • Avatar Marc Vachon dit :

    Je retiens la suggestion, très bonne idée.

  • Avatar Isabelle dit :

    Bonjour Marie et Marc,

    Je lis toujours avec un vif intérêt vos articles et celui-ci tombe à point nommé! Mon petit dernier de 14 ans, traverse une crise dépressive suicidaire. Depuis un mois grâce à la micronutrition et un accompagnement cognitif, grâce à une communication et un lien de qualité, il y a des améliorations.Cependant il manifeste encore une résistance psychologique importante et n’arrive pas à livrer sa souffrance.
    Je dois trouver les leviers qui le réconcilient avec ses aptitudes, ses valeurs, l’école, le travail scolaire, les copains. Cet article est très éclairant et encourageant!
    Le Docteur Myriam Tahiri Hassani semble faire un travail très, très intéressant . C’est tout à fait ce que je crois ne pas infantiliser, mais avec pédagogie et patience, encourager. Malheureusement le système scolaire, en tout cas en France, est très académique et les établissements type Montessori sont assez rares. Il existe des dispositifs pour raccrocher les élèves en situation de vulnérabilité mais qui sont déployés lentement, souvent assez tardivement.

    C’est nous parents qu’il faut éduquer! Nous sommes en première ligne pour voir les signes du mal être et y pallier. Pour leur donner la confiance en soi, la résilience, l’ élan vital. Effort, persévérance et résistance, avec toute notre confiance et notre regard de parent bienveillant, pour qu’ils récoltent le succès!
    Vous qui avez l’art d’illustrer d’exemples et de votre propre expérience de psychologues et de parents, pourriez-vous enregistrer un podcast sur ce thème?

    Merci mille fois pour vos précieux ouvrages votre newsletter.

  • Avatar Celine Bergeron dit :

    Tout à fait vrai. Mon expérience de maman me confirme que les 3 étapes mentionnées ci dessous sont dès plus importantes pour que les enfants développent parfaitement leur estime de soi. Le papa fut très très permissif depuis le très jeune âge de notre fille malgré mes recommandations récurrentes. Actuellement, je tente de reconstruire sa confiance en elle en la plongeant dans des situations de défis qu’elle peut relever. Elle chemine très bien actuellement. Il y a toujours de l’espoir quand l’amour y est.

  • >