.st0{fill:#FFFFFF;}

Cerveau, Le changement

Profils psychologiques: 4 familles et leurs spécificités

profils psychologiques
Collaboration spéciale

par Nicolas Galli

Quand on veut changer, quand on veut évoluer pour devenir une nouvelle personne, il est idéal de comprendre notre propre fonctionnement.

Pour cela il existe tout un tas d’outils de développement personnel qui permettent non seulement de mieux appréhender toute la complexité d’une personnalité mais également d’entrevoir des pistes de travail.

Parmi eux, le MBTI (Myers Briggs Type Indicator) hérité des travaux du psychologue Carl Jung (disciple de Freud), permet une lecture redoutablement précise de nos comportements et de celui des gens qui nous entourent.

David Keirsey, un psychologue américain reprit ces avancées sur la connaissance de l’être humain en en donnant une lecture simplifiée.

Au travers de cet article nous allons successivement aborder les fondements psychologiques mis en évidence au cours du XXème siècle, ainsi que les spécificités des 16 profils (dont le vôtre) qu’il a regroupés selon des critères pertinents !

1) Qu’est ce que le MBTI en deux mots ?

a) Origines

Tout au long du vingtième siècle de nombreux psychologues reprirent les travaux de Carl Gustav Jung, psychologue suisse disciple du père de la psychanalyse, Sigmund Freud.

Ses avancées dans le domaine de la compréhension du fonctionnement de chaque être humain, avaient abouti après sa mort à une sorte de « classification ».

En effet, une mère et sa fille, Katerine Cook Bridge et Isabel Briggs Myers, parvinrent à cartographier les fonctionnements humains en 16 personnalités psychologiques spécifiques censées regrouper tous les comportements cognitifs préférentiels.

Selon leurs recherches, l’ensemble des êtres se comportent dans leur quotidien selon certaines préférences bien précises.

La prédilection pour :

  • trouver son énergie (extraversion ou introversion)
  • recueillir les informations à envoyer au cerveau (mode sensitif ou mode intuitif)
  • prendre ses décisions (en suivant plutôt son coeur ou plutôt sa logique)
  • et son mode d’action favori.

Je ne développe volontairement pas ces 4 dimensions ici, mais vous invite à en lire les particularités dans cet autre article du blog.

Les 16 profils psychologiques qui découlent de ces préférences forment ce que l’on appelle le MBTI (Myers Briggs Type Indicator), indicateur reconnu et utilisé dans de nombreux domaines professionnels ou de développement personnel.

profils psychologiques

b) 16 types regroupés en 4 « familles »

Cette cartographie, basée sur les préférences cognitives humaines, fut par la suite reprise par un psychologue américain du nom de David Keirsey. Ce dernier mit en évidence certaines corrélations, certaines similitudes comportementales parmi les 16 profils psychologiques. Ses conclusions aboutirent à distinguer 4 grandes familles selon des combinaisons de préférences cognitives.

Nous verrons plus en détail, dans les parties suivantes, quels sont ces 4 grands groupes et surtout quelles sont leurs spécificités.

Pour arriver à une telle nomenclature, le psychologue américain s’est concentré sur certains domaines clés et pertinents. Ainsi des caractéristiques significatives se sont dégagées d’après ses travaux pour la conception des individus dans les domaines de :

  • La famille
  • L’éducation
  • Le milieu professionnel
  • Le rapport à l’autorité
  • La préférence d’un secteur d’activités
  • La relation au temps
  • Et l’usage de l’argent

C’est ainsi, que Keirsey a défini le groupe des Idéalistes, celui des Rationnels, le tempérament des Artisans de projets et le plus répandu, celui des Gardiens des traditions.

Si vous souhaitez d’ores et déjà essayer de déterminer quel est votre profil parmi les 16 et essayer de découvrir à quel tempérament vous appartenez, je vous invite à réaliser ce petit test « maison » (moins de 40 questions) donc non officiel.

Avant de rentrer dans le vif du sujet et de détailler les particularités de chacun des 4 Tempéraments énoncés à l’instant, il est nécessaire de se poser et de se demander : « à quoi bon? »

Profils psychologiques

c) Comment utiliser les travaux pour « oser changer »

Après tout, quel peut-être l’intérêt d’avoir une définition plutôt globale de certains traits de notre personnalité plutôt que d’avoir celle précise de notre profil (parmi les 16)? Car c’est bien de cela dont on parle avec les 4 « familles de profils »… Des descriptions plus globales.

La première explication tient au fait que si vous découvrez le MBTI aujourd’hui ou ne connaissez pas bien cet outil, il vaut mieux avoir une approche en entonnoir. Certes nous préférons toutes et tous que l’on nous parle avec précision de notre personnalité, que l’on décrive exactement notre profil ,plutôt que de rester un peu plus « généraliste »… Mais le risque serait de se précipiter en acceptant le premier descriptif venu comme pertinent (on appelle cela l’effet barnum)!

Une approche plus progressive permet de commencer à relativiser certaines interprétations pour cerner avec plus d’objectivité les traits de notre personnalité. Dans la pratique, les puristes considèrent que seul le test officiel (contenant plus de 220 questions), accompagné d’un entretien avec un psychologue formé, peut permettre de déterminer avec certitude l’appartenance à un « type ».

De ce fait, il est fréquent de ne pas réussir à définir du premier coup son profil. En suivant une approche « en entonnoir », on se rapproche certes plus lentement, mais on avance avec plus d’exactitude dans la bonne direction.

Mais la plus grosse utilité que je vois à utiliser les travaux de Keirsey est de considérer les « tempéraments », comme un outil de transformation et d’amélioration.

S’il est dans la théorie impossible de changer de profil psychologique ou de tempérament, il est cependant tout à fait envisageable de dépasser ses faiblesses et de s’améliorer. Comme j’aime le dire, un droitier pourra toujours s’entraîner à écrire de la main gauche, il ne sera jamais plus à l’aise qu’avec sa main naturelle. Néanmoins il pourra progresser avec l’autre main et devenir plus habile.

Tout d’abord bien évidemment, la prise de conscience de certaines caractéristiques évidentes de notre personnalité est une étape cruciale. Comme tout bon diagnostic, se rendre compte et accepter ses traits de personnalité permet d’envisager de les corriger et de prendre confiance en soi.

Par exemple, si l'on sait que l’on est par nature très conceptuel et très peu les pieds sur terre, on peut plus facilement (ou moins difficilement) essayer de tempérer certains excès. Une fois le constat accepté, il est possible de mettre en place de petites actions pour essayer de contrebalancer nos points faibles et de progresser.

Certes une personne traditionaliste ancrée dans le présent ne pourra pas se transformer du jour au lendemain en visionnaire novateur, mais elle pourra atténuer ses faiblesses et grandir.

Lutter contre sa nature est particulièrement difficile et pénible pour quiconque, mais cela permet véritablement d’ajouter de nouvelles cordes à son arc.

Tempérer les faiblesses dont on a pris conscience, tout comme miser sur ses forces dont on comprend qu’elles ne sont pas communes à tout le monde, est une formidable démarche vers le progrès.

d) Comment se servir des « tempéraments » avec les autres

Mais l’utilité de comprendre la classification selon les « tempéraments » tient également au fait d’avoir une meilleure vue d’ensemble des personnes que l’on fréquente au quotidien.

Il ne s’agit en aucun cas de chercher à mettre les gens dans des cases, mais plutôt de mieux comprendre leur fonctionnement sur certains sujets clés. Comprendre un fonctionnement, c’est avoir une première lecture des réactions et attitudes d’un individu dans les grandes lignes. Les travaux de David Keirsey ont le mérite d’avoir abouti à une nomenclature judicieuse basée sur des critères pertinents.

Un autre intérêt de regrouper les 16 profils en seulement 4 nomenclatures est tout simplement de gagner en efficacité. Quand on n'a que 10 minutes pour comprendre un individu que l’on rencontre pour la première fois, la subdivision des personnalités « dans l’ensemble » prend tout son sens.

Même si vous n’aurez peut-être plus jamais à échanger avec cette personne, comprendre rapidement si elle est « idéaliste » ou « rationnelle » peut permettre par exemple d’adapter sa communication.

Dans les faits, si vous deviez convaincre un « idéaliste » (par exemple un écrivain) vous n’utiliseriez pas les mêmes arguments, le même ton de voix, la même attitude que si vous deviez convaincre un homme à l’esprit scientifique... La simplicité de la segmentation empêche d’aller très loin dans l’analyse mais elle permet l’efficacité.

Abordons maintenant les 4 grands « tempéraments de Keirsey »

2) Les Idéalistes

a) Caractéristiques

Être idéaliste pour le MBTI, c’est utiliser de préférence son intuition pour récolter les informations et prendre ses décisions en écoutant prioritairement son cœur pour schématiser.

4 profils idéalistes identifiés par David Keirsey ont de multiples points communs à commencer par leur quête permanente d’identité et du sens de la vie. Ils cherchent tous à se réaliser, à grandir tout en conservant leur intégrité.

Particulièrement tournés vers les autres, ils recherchent constamment l’harmonie, que ce soit en eux-mêmes ou avec les personnes qu’ils côtoient. Leur principale qualité commune est leur capacité à comprendre l’être humain et à ressentir leurs émotions.

Cette grande sensibilité se voit également dans leur faculté à transmettre leurs idées qui sont souvent novatrices dans les domaines culturels.

Par nature très chaleureux, ils ont une tendance à montrer facilement leur affection et à défendre avec vigueur ceux qu’ils aiment.

On les retrouve assez régulièrement dans des domaines où ils peuvent exprimer leurs talents de créativité et de communication.

Très sensibles aux besoins des autres, les « idéalistes » peuvent en arriver à sacrifier leurs propres intérêts et besoins.

Leurs principaux points faibles sont généralement leur hypersensibilité et leur manque de pragmatisme.

Idéalistes

b) 4 profils Idéalistes et des exemples

Les 4 profils psychologiques «idéalistes» du MBTI ont donc tous les lettres NF. Ainsi on a :

L’INFJ, dit « le conseiller »

Particulièrement créatifs dans les domaines visant à développer les personnes, ils expriment très facilement leurs émotions. Motivés dans leurs actions par leurs fortes valeurs, ils défendent avec conviction et acharnement leur vision de la vie.

En parallèle de cette détermination idéaliste, ils accordent une grande importance au climat d’harmonie entre les gens qu’ils feront tout pour entretenir.

Le but ultime de leur vie est de réussir à en comprendre le sens tant pour eux-mêmes que pour l’univers tout en entier.

Ce sont des êtres organisés et méthodiques.

On peut citer parmi les personnalités ayant ce profil, George Harrison, Oussama Ben Laden ou encore Agatha Christie.

L’ENFJ, surnommé « le professeur »

Les individus appartenant à ce profil psychologique se distinguent par leur charisme. Ils ont le talent de comprendre les gens qui les entourent.

Leurs valeurs concernant le bien de l’humanité sont très fortes. Se basant sur elles, ils cherchent à faire le bien tout autour d’eux tant dans leur vie personnelle que dans leur travail.

Ils peuvent se sentir blessés si quelqu’un s’oppose à leurs idées. Ce n’est pas de l’orgueil mal placé mais simplement qu’ils sont convaincus des idées et des valeurs qu’ils véhiculent.

Au sein d’un groupe, ils aiment faire office d’animateurs car ils sont naturellement dotés d’une aisance d’expression orale.

Avec les personnes qu’ils côtoient, ils peuvent avoir tendance à idéaliser leurs relations car ils s’investissent fortement.

De nombreuses célébrités sont considérées appartenir à ce profil. On peut citer notamment Cléopâtre, Justin Trudeau ou encore Stevie Wonder.

L’INFP, aussi connu sous le nom de « Guérisseur »

S’il y a bien un profil d’idéaliste, c’est celui des INFP, même s’ils n’aiment pas le montrer de manière trop excessive.

Ils accordent généralement peu d’importance à la reconnaissance sociale, mais aiment tout de même que l’on partage leurs valeurs.

En permanence en quête de nouvelles connaissances, ils ont un esprit flexible et sont très ouverts envers le monde dans lequel ils évoluent. Leur curiosité associée à leur recherche d’idéal peut souvent les rendre perfectionnistes pour les travaux qu’ils décident de mener.

Cependant leur flexibilité naturelle peut disparaître si l’on touche à leurs valeurs essentielles. Ils peuvent alors se montrer rigoristes.

Parmi les INFP les plus célèbres, citons par exemple David Bowie, la Princesse Diana ou encore la joueuse de tennis Venus Williams.

L’ENFP, dit « le défenseur »

Dotés d’un goût artistique prononcé, les individus ENFP ont un vrai sens de l’anticipation. Ils ont une attirance pour toutes les possibilités que le futur pourrait permettre.

Leur domaine d’excellence est sans aucun doute celui des relations humaines pour lesquelles ils se sentent particulièrement à l’aise.

Ils peuvent blesser involontairement du fait qu’ils font facilement part de leur interprétation des faits ou des personnalités.

Particulièrement expansifs, ils ont tout de même énormément besoin d’être rassurés sur eux-mêmes. L’accomplissement personnel est une motivation que l’on retrouve souvent chez les ENFP.

Leur principale zone d’inconfort est celle du conflit qu’ils cherchent à éviter à tout prix.

Parmi les personnalités considérées avoir ce profil psychologique on compterait Ernesto « Che » Guevara, Walt Disney ou Oscar Wilde.

3) Les Rationnels

a) Caractéristiques

Les 4 profils psychologiques regroupés dans la famille dite des « rationnels », ont tous en commun d’être intuitifs et « thinking », c’est-à dire décidant sur des critères factuels plutôt qu’émotionnels. Leurs actions sont guidées par la logique pure et ils ne laissent que très peu de place aux arguments subjectifs.

Ils sont généralement curieux et ouverts au changement (s’il permet d’aller vers plus d’efficacité). Ils ont tendance à rechercher dans leur vie de nouveaux modèles, de nouvelles organisations qui seraient plus efficaces. Ce sont des perfectionnistes qui ont un talent pour voir et critiquer ce qui ne va pas sans concession (y compris à propos d’eux-mêmes).

D’autre part, tous les individus de ce groupe partagent également un grand appétit pour le savoir et les connaissances. Ce sont des domaines qu’ils estiment énormément chez les autres.

En même temps que leur grande soif de connaissances, ils recherchent en permanence le pourquoi des choses. Le fait d’être théoriques et conceptuels est également un élément discriminant chez eux. Ils s’expriment de façon claire et précise. D’après les observations, ce tempérament est dans les faits plus masculin que féminin.

La principale faiblesse des individus de ce tempérament tourne autour de l’image qu’ils peuvent renvoyer. Pouvant se montrer froids et distants (ou donner l’impression de l’être), ils peuvent être perçus comme des individus cyniques, hautains voire arrogants.

Ces caractéristiques ne font qu’accentuer leurs difficultés au niveau de la communication pouvant se montrer critiques et blessants.

b) 4 profils Rationnels et des exemples

Les 4 personnalités psychologiques du MBTI constituant le « tempérament des rationnels » ont donc toutes en commun les lettres NT.

Dans les faits on retrouve:

L’INTJ, dit « le scientifique »

Les personnes de ce profil sont très indépendantes et essentiellement guidées par leurs convictions personnelles qu’elles essaient de concrétiser sans se laisser perturber.

Particulièrement confiantes, elles visent en permanence l’efficacité (le rapport efforts / bénéfices) et pour cela elles s’orientent prioritairement sur l’innovation. Que ce soit sur le plan professionnel, personnel ou familial, elles ont un objectif d’amélioration constante et de perfectionnement.

Parmi les personnalités ayant ce profil, on peut citer Bernie Sanders, Greta Thunberg ou Elon Musk.

L’ENTP, dit « le visionnaire »

Les ENTP se caractérisent avant tout par leur créativité permanente. « L’intuition extravertie » étant leur fonction dominante, ils demeurent tout le temps en quête d’idées nouvelles et de solutions originales. Ce sont des individus qui passent leur temps à s’interroger et à questionner leur environnement.

Particulièrement emballés par les idées nouvelles, ils ont cependant plus de mal dans leur concrétisation.

Léonard De Vinci, Nina Hagen et probablement Barack Obama.

L’INTP, dit « le penseur »,

Les individus de ce type sont obsédés par le fait de trouver de la cohérence. Ce sont des penseurs invétérés qui peuvent se perdre en quête du «pourquoi du pourquoi»…

Capables de tout remettre en question dans un but de perfectionnement, ils sont très critiques tant envers les autres qu’avec eux-mêmes.

Ils veulent avant toute chose maîtriser les situations sur le plan intellectuel et ne supportent les règles qu’à la seule condition qu’elles aient une logique.

Parmi les personnes connues ayant ce profil psychologique on peut citer Albert Einstein, Marie Curie ou Stephen King.

L’ENTJ, dit « le directeur ».

Les personnes de ce profil psychologique ont un goût naturel pour le pouvoir et pour le fait de diriger. Elles aiment prendre les choses en main pour tout organiser, structurer et le font presque instinctivement sans s’en rendre compte.

Appréciant résoudre les problèmes, elles cherchent avant tout à mettre en place des systèmes pour atteindre les objectifs choisis.

Leur style de communication est clair et direct. Elles aiment que leurs interlocuteurs en fassent de même avec elles-mêmes.

Parmi les personnalités ENTJ on peut citer Coco Chanel, Margaret Thatcher ou Napoléon Bonaparte.

4) Les Gardiens

a) Caractéristiques

Le «tempérament des gardiens» se compose lui aussi de 4 profils MBTI qui partagent tous le fait de privilégier leurs 5 sens pour recueillir les informations dans leur quotidien et d’avoir un style de vie proactif (dans l’anticipation).

Les personnalités psychologiques « gardiens », partagent plusieurs caractéristiques en commun. Ce sont des gens concrets et réalistes. Ceci explique qu’ils ont un esprit fonctionnel et tourné vers l’efficacité plus que vers l’esthétisme.

Les « SJ » ont également en commun un grand sens du devoir et de l’honneur… Pour eux une parole est une parole! Très respectueux des règles et des traditions, ils apparaissent dans un groupe comme les garants des valeurs sociales. Leur principale faiblesse provient précisément de cette facette de leur personnalité puisqu’ils sont très peu à l’aise avec le changement. Ils peuvent même se montrer totalement déstabilisés par la nouveauté.

L’autre grande faiblesse des « gardiens des traditions », est le pendant de leur sens du devoir qui peut au final les conduire à se surcharger de missions et de responsabilités pour ne pas décevoir. Cet altruisme s’il n’est pas tempéré peut les conduire au stress et à la morosité.

Accomplir son devoir étant tellement quelque chose de normal à leurs yeux, qu’ils ont du mal à encourager et sont facilement portés sur la critique.

Gardiens des traditions

b) 4 profils Gardiens et des exemples

Les 4 personnalités psychologiques constituant cette famille ont en commun les lettres S (pour sensation) et J (pour jugement).

L’ESFJ, dit « l’altruiste ». 

Les personnes appartenant à ce type psychologique sont faites pour la vie en société. Cherchant avant tout à faire plaisir, elles essaient systématiquement d’aider leur prochain de façon pratique.

Elles aiment que le monde dans lequel elles évoluent soit bien organisé et de ce fait apprécient tout particulièrement quand le rôle de chacun est clair.

Elles se distinguent également par leur sens de l’organisation et éprouvent un vrai soulagement à tout planifier dans leur vie (au travail comme dans les loisirs)

On peut citer comme célèbres représentants de ce type psychologique l’acteur américain Hugh Jackman, Kylian Mbappe ou le président des Etats-Unis d’Amérique Joe Biden.

L’ESTJ, surnommé notamment « le superviseur ».

Ce sont de vrais bons organisateurs s’appuyant sur leur esprit logique et pragmatique. Pour eux, l’efficacité prime avant tout, ce qui explique qu’ils n’attachent que très peu d’importance à l’esthétisme des choses.

Ils ont un grand sens des responsabilités et du devoir (encore plus que les autres SJ), ce qui les rend particulièrement dignes de confiance. Très rapides à exprimer ce qu’ils pensent, ils ont beaucoup plus de mal à le faire vis à vis de ce qu’ils ressentent.

Dans la culture occidentale, du fait de ces particularités, le type ESTJ est plutôt masculin. Ceci explique que les femmes ayant ce profil peuvent se sentir mal perçues et chercher à lutter contre leur nature profonde.

Parmi les célèbres représentants de cette personnalité psychologique on retrouve Hillary Clinton, l’industriel américain Henry Ford ou dans le monde de la musique, l’ancienne cantatrice grecque Maria Callas.

L’ISFJ, aussi appelé le « protecteur ».

Les individus appartenant à ce type MBTI, ont une faculté à noter tout ce qui peut se passer autour d’eux. Ils s’imprègnent de tous les détails qu’ils observent en permanence.

Ils se distinguent notamment par leur grande serviabilité et par leur dévouement qui peut les amener à être abusés.

N’appréciant vraiment pas le conflit (qui les met mal à l’aise) ils souhaitent avant tout se faire accepter  des groupes qu’ils intègrent. Gentils et attentionnés par nature, ils expriment leur naturel plus facilement par des actes que par des paroles.

Dans leurs relations avec leur supérieur ou lors de formations, les ISFJ se sentent à l’aise quand on leur donne des instructions précises, détaillées et bien claires. Ils en ont besoin.

La chanteuse Beyoncé, le Prince William ou le tennisman Roger Federer sont des personnalités appartenant à ce profil psychologique.

L’ISTJ, surnommé l’inspecteur.

Les individus ayant ce profil psychologique ont de nombreuses caractéristiques en commun à commencer par leur sens de l’observation. Calmes, méthodiques et plutôt réservés, ils sont très appréciés pour leur sens de l’organisation.

Particulièrement efficaces, ce sont des personnes de confiance sur lesquelles on peut compter. Si elles s’engagent, elles rendront le travail en temps et en heure. Dignes de parole, les ISTJ ont un grand sens des responsabilités et sont des personnes de devoir dans tous les domaines (personnel, professionnel, familial etc.).

Parmi les célèbres représentants de ce profil on peut notamment citer  Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, la reine Elizabeth II ou l’ancien basketteur Tony Parker.

5) Les Artisans

a) Caractéristiques

À la fois Sensation et Perception, les 4 profils psychologiques constituant le tempérament SP se retrouvent sur plusieurs dimensions. Particulièrement dans le concret, ils sont pratiques et réalistes. On les reconnaît généralement au fait d’être tournés vers l’action et très prompts à réagir.

Fuyant la routine qu’ils ne supportent vraiment pas, ils ont un grand besoin de liberté et de s’affranchir de toutes règles. Profiter de l’instant présent fait partie de leurs devises et ils se réalisent particulièrement dès lors qu’ils agissent pour changer les choses.

Tournés vers l’efficacité, ils n’en demeurent pas moins excellents dans les relations humaines et dans leurs contacts.

L’imprévu ne leur fait pas peur, c’est même un élément qu’ils apprécient et recherchent. Particulièrement flexibles, ils se distinguent par leur sens de  l’adaptation. D’ailleurs cela se ressent dans leur relation au temps puisque les 4 profils SP ont tous en commun d’aimer travailler dans l’urgence.

Leur faiblesse est le pendant de leur soif de projets nouveaux, car ils peuvent être très changeants. Ils peuvent également trop vivre dans le présent ou avoir tendance à procrastiner, remettant alors facilement au lendemain leurs projets.

Artisan

b) 4 profils et des exemples

Les 4 personnalités psychologiques dites « artisans de projets », sont toutes Sensation et Perception.

On distingue :

L’ESFP, dit « l’interprète »

Particulièrement observateurs des faits, les individus ESFP aiment profiter de la vie. Ils apprécient particulièrement les plaisirs liés aux 5 sens (bien manger, bien boire, profiter de bons moments entre amis…).

D’un naturel optimiste, ils ont tendance à voir systématiquement le verre à moitié plein. Particulièrement à l’aise avec les gens, ils sont le type même de la personne sympathique et généreuse.

N’aimant pas beaucoup la nouveauté, ils n’en demeurent pas moins assez flexibles.
Ils ont un certain talent d’animateurs et aiment entretenir une ambiance de gaieté autour d’eux. Ceci peut les amener à éviter au maximum les conflits en cherchant à faire diversion par une blague ou en faisant rire.

Quelques exemples de personnalités de ce profil psychologique : Katy Perry, Bill Clinton ou Paulo Coelho.

L’ISFP, surnommé « le compositeur »

S’exprimant généralement peu, les individus ISFP préfèrent poursuivre leur idéal au travers de leurs actions.

Une des caractéristiques majeures de ce profil est le fait d’être tourné vers le bien-être des autres. Ils recherchent l’harmonie entre les personnes et fuient au maximum les conflits. Ils ont un sens du sacrifice qui les pousse à laisser faire et dire les autres personnes qu’ils ne cherchent jamais à contrôler.

Très souvent les ISFP ont tendance à se sous-estimer et à être très discrets. Cette réserve fait qu’ils excellent pour s’exprimer par des moyens autres que la parole tels que la musique, la peinture ou la danse. De plus, ils aiment particulièrement la nature.

Leur véritable chemin de croissance passe inévitablement par la valorisation de l’image qu’ils ont d’eux-mêmes.

Parmi les ISFP célèbres, citons Michael Jackson, le Prince Charles d’Angleterre ou encore dans le domaine artistique Frida Khalo et Michel-Ange.

L’ESTP, appelé « le promoteur »

La caractéristique première des ESTP est le réalisme et l’attention qu’ils portent aux faits. Particulièrement réactifs, ils savent utiliser les choses de façon pragmatique en les utilisant au mieux de leur intérêt.

En quête d’efficacité, ils raisonnent toujours en ayant une réflexion basée sur la quantité d’efforts et d’énergie que va leur demander chaque action. Aimant le concret, ils n’en demeurent pas moins sociables.

Ce sont des personnes qui vivent dans le présent et savent mieux que n’importe quel autre profil profiter de l’instant. Pour eux, ce qui est passé est passé et il ne sert à rien de continuer à y penser.

Un des chemins de progrès pour les personnes ESTP consiste a plus considérer les sentiments et les valeurs des personnes qu’ils côtoient.

Parmi les personnalités ESTP célèbres on trouve Ernest Hemingway, Madona ou encore Donald Trump.

L’ISTP, dit « le mécanicien »

Les personnes ISTP présentent généralement un aspect calme et réservé. Leur mode de fonctionnement leur permet d’appréhender les évènements avec détachement.

Elles sont assez imprévisibles en société pouvant se montrer soit distantes, soit avenantes, avec de fortes variations d’intensité. Généralement c’est une facette de leur personnalité dont elles aiment jouer pour surprendre les gens.

Généralement assez douées de leurs mains ce qui les rend performantes pour les activités de bricolage ou de mécanique, elles aiment chercher à savoir et comprendre comment marchent les choses pour les réparer. Ces particularités font des ISTP des personnes rapides et efficaces. N’aimant pas vraiment planifier leurs activités, elles préfèrent se tenir prêtes à tout et faire confiance à leur adaptabilité.

Un des chemins de progrès des ISTP est d’essayer d’anticiper les conséquences de leurs actes et de moins se laisser guider par leurs pulsions.

Si nous devons nommer quelques représentants de ce profil nous pouvons citer entre autres Vladimir Poutine, Scarlett Johansson ou Clint Eastwood.

Conclusion

Comme nous venons de le voir, la mise en évidence des 4 grands « tempéraments » psychologiques par David Keirsey a été une formidable avancée sur le plan du développement personnel.

Pour qui veut changer et évoluer, cette grille de lecture permet de mieux se comprendre sa propre personnalité et de mettre en place un plan d’action pour travailler ses points faibles.

Nicolas Galli

Je m’appelle Nicolas. Suite à quelques soucis de santé, j’ai pris conscience que la vie s’écoule très vite et qu’il ne faut pas attendre pour réaliser ses rêves. J’ai énormément travaillé sur la connaissance de ma personnalité psychologique pour comprendre d’où me venait cette peur de l’inconnu qui m’empêchait de vivre pleinement. Après 2 ans de travail, j’ai fait le pas et suis parti en solo faire le tour de l’Amérique du Sud avec mon sac à dos, ce qui reste le plus bel accomplissement de ma vie. Convaincu que la magie se situe au-delà de mes peurs, j’ai décidé à mon retour de créer mon propre blog avec pour "humble" ambition, d'essayer d'aider un maximum de gens à retrouver confiance en eux, pour oser vivre leurs rêves.

Changer de vie, vous en rêvez? On entend souvent qu'il faut poursuivre ses rêves. ...

Lire

Par Alexandre Willocquet Vous n’avez pas pu y échapper, à moins d’être totalement coupé ...

Lire

On parle beaucoup de résistance au changement qu’on oppose au lâcher-prise. Mais qu’est-ce que la résistance? ...

Lire

Le livre Oser changer: mettre le cap sur ses rêves a comme thème central la psychologie du changement. ...

Lire
{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Cours en ligne

Changer sa Vie

>