Se confier. Six critères pour vous aider à bien choisir une personne de confiance

Il y a des moments dans la vie, où il est essentiel de pouvoir se confier à une personne en qui on a confiance.

Lorsque la souffrance psychologique fait irruption dans notre vie, qu’elle envahit le présent et nous empêche de jouir de ce moment présent, nous cherchons parfois à nous y soustraire par des moyens qui, s’ils soulagent temporairement, ne permettent pas de régler vraiment le problème. Certaines personnes refoulent, nient ou jouent l’invulnérabilité. D’autres adoptent le comportement de la victime, s’opposent, résistent, fuient.

Le jeu du blâme est fréquent. Rendre les autres ou les circonstances responsables de notre souffrance en amènent certains à se chercher des alliés. Parler soulage… apparemment. Trop le faire, à toute personne rencontrée, nous replonge, au contraire, dans les émotions difficiles, les exacerbe et contribue à alimenter le problème et la rumination. Pourquoi? Parce que ces confidences ont trop souvent pour objectif de blâmer, de critiquer les autres et de rechercher des alliés qui diraient comme nous.

Tous bénéficieraient cependant d’être capables de partager leur vécu avec un véritable confident, de se confier à une personne en qui on peut avoir confiance et qui pourrait nous aider à y voir plus clair. Il s’agira d’un ou d’une amie, de son conjoint ou, pourquoi pas, d’un professionnel de l’aide. Il vaut mieux, comme nous l’avons déjà dit, ne pas trop se répandre dans toutes nos conversations, toutes nos rencontres. La personne qui aura la générosité de nous accueillir devrait cependant répondre à certains critères.

6 qualités d’une personne à qui se confier

Les qualités requises pour aider autrui ne sont pas si fréquentes dans notre entourage immédiat. C’est pourquoi il est parfois indiqué d’aller chercher ces garanties chez un spécialiste de l’aide, psychologue, travailleur social ou autre. Qui que ce soit, voici six qualités qui font qu’elle pourra vous aider vraiment:

  1. La personne de confiance devrait pouvoir rester objective par rapport à ce que vous vivez, ne pas être impliquée émotionnellement dans les évènements ou les relations conflictuelles que vous évoquez.
  2. Elle devrait également être capable de garder pour elle vos confidences.
  3. Son aide ne devrait pas consister à faire front commun avec vous contre une autre personne, mais bien à vous donner un coup de main pour élaborer davantage sur vos émotions, vos sentiments, votre vécu.
  4. Son rôle ne sera jamais de vous conforter dans un désir de vengeance. Elle devrait donc être capable ne pas se laisser influencer par votre expérience.
  5. La confiance que vous éprouvez envers cette personne devra vous permettra de croire qu’elle ne se servira jamais de votre transparence et de votre vulnérabilité pour vous nuire par la suite.
  6. Cette personne ne doit pas endosser votre souffrance, mais vous écouter d’abord, vous amener sans doute à voir les choses sous d’autres angles et vous permettre d’entrevoir d’autres manières d’aborder le problème.

La personne à qui on peut se confier est moins là pour partager votre colère ou votre tristesse, même si elle est tout à fait capable d’empathie, que pour prendre soin de votre souffrance, sans juger ni prendre parti. Il va sans dire que choisir un confident nécessite de ne pas se jouer de tour: cherchons-nous une personne qui va dire comme nous ou celle qui va nous aider à faire la paix avec notre douleur, premier pas vers l’acceptation des émotions et le lâcher prise?

LIRE AUSSI

Communication dans le couple; parler pour dénouer les impasses.

 

Pour partager
>