8

Le lien d’attachement

attachement

Le lien d’attachement est ce lien affectif sécurisant qui se forme généralement entre le nourrisson et une figure maternelle, ou une autre personne significative stable (père, parent adoptif, tante, grand-parents, etc), qui répond à ses besoins primaires avec chaleur et empathie. Selon plusieurs auteurs, dont le psychanalyste John Bowlby qui est à l’origine de la théorie de l’attachement, l’enfant vient au monde biologiquement préprogrammé pour créer de tels liens avec les autres afin d’assurer sa survie. Et ce lien deviendra le moteur de son développement social, émotionnel et cognitif ultérieur.

La manière dont il s’établira chez le jeune enfant affectera donc le développement de sa personnalité, en particulier son sentiment de sécurité. Les recherches montrent qu’elle influencera sa capacité à nouer des relations stables tout au long de sa vie.

C’est depuis peu que les recherches cliniques étudient les facteurs qui pourraient suggérer un trouble de l’attachement chez l’adolescent et l’adulte. Nous en touchons un mot.

Contenu de l’épisode

Voilà donc le sujet de ce quatorzième épisode pendant lequel j’échange avec Marie Bérubé sur les thèmes suivants:

  • L’importance de l’attachement dans les premières années de vie de l’enfant.
  • Les phases du développement qui y conduisent.
  • La période critique pour que ce lien se développe.
  • Les types d’attachement.
  • La surprotection.
  • Comment on a pu observer le type d’attachement de l’enfant en recherche.
  • Quelques facteurs chez l’adolescent et l’adulte qui suggèrent les troubles de l’attachement.
  • Les interventions possibles auprès des parents.

NOTES

  • Lors d’un colloque tenu à Montréal en 1997, Paul Steinhauer a proposé une grille de facteurs suggérant des troubles de l’attachement. Vous la trouverez dans cet article (Michelle St-Antoine, psychologue, Conseil multidisciplinaire -Revue professionnelle « Défi jeunesse » Les troubles de l’attachement)
  • Sur les pleurs du bébé, consulter notre article: Pleurer, la résilience et le lâcher-prise.

Abonnez-vous sur votre plate-forme préférée. (vous pouvez aussi nous écouter sur Spotify.)

attachement
attachement
attachement
Partagez
  • Marc Vachon dit :

    Merci. Content que vous ayez aimé.

  • Sexwi dit :

    Bonjour,
    Je suis très heureuse que le concept de l’attachement soit de plus en plus abordé. Nos vies sont faites et se nourrissent de relations. Merci pour la pertinence de vos réponses aussi.

  • Marc Vachon dit :

    Le travail d’une vie, un «Work in Progress» comme on dit.

  • Marc Vachon dit :

    Merci Catherine.

  • catherine dit :

    merci pour ce posdcast très intéressant.

  • Fabienne dit :

    Nous sommes tous des adultes blessés et vivons souvent des schémas de répétition, la question est comment sortir de ces cercles répétitifs et aller vers du nouveau avec confiance et sans la peur de s’attacher, sans doutes et avec les bonnes personnes…

  • Marc Vachon dit :

    Ça nous amène à parler de résilience. Certaines personnes ont vécu des enfances abominables, et ont fait des adultes équilibrés quand même, que ce soit avec l’aide de la psychothérapie ou pas. Ils ont appris à lâcher prise sur leur passé qu’ils ne peuvent pas changer de toute façon. Comme on l’a dit, la personne qui, par exemple, a été maltraitée dans sa petite enfance pourra avoir peur de reproduire la même chose. Mais si elle apprend (en psychothérapie ou non) les gestes qu’il convient de poser avec les autres pour avoir des relations satisfaisantes ou créer un attachement sain avec ses enfants, elle pourra «guérir». Elle pourra peut-être, quand elle est dans une nouvelle relation par exemple, prendre conscience qu’elle retombe dans ses vieux «patterns» et se demander alors s’il y a lieu de les appliquer encore. C’est pour cela que la prise de conscience est importante. Est-ce que je suis encore en train de régler dans le présent une situation du passé. Parfois, prendre conscience des gens que j’attire et qui m’attire: est-ce que je reproduis sans cesse le même pattern. C’est là que la psychothérapie peut me venir en aide.

  • Monique Duhamel dit :

    Et si on en a souffert, la voie de la guérison est la psychothérapie, en plus de la prise de conscience et la pratique de faire confiance dans le quotidien. Est-ce que d’autres chemins existent?
    Merci.

  • >