28

L’anti-fragilité pour traverser la pandémie

pandémie

Quelle affaire. Quelle saleté que ce virus qui confine le tiers de l’humanité, qui restreint les mouvements, qui éloigne les gens les-uns des autres,  qui menace l’économie.

J’étais dehors à me dégourdir les jambes, marchant sur le stationnement de l’école secondaire en haut de ma rue, seul comme il se doit ces temps-ci, à écouter les oiseaux, à regarder la neige fondre, à sentir le soleil me réchauffer le dos. Et je me disais: tout est normal. Le printemps s’installe, les oiseaux migrateurs reviennent tranquillement pour nicher, les journées allongent. Mais non!

Plus rien n'est normal

Si je m’élève un peu, je vois que mes voisins, d’habitude au travail, ne travaillent plus. Tout le monde, ou presque, est à la maison. Tous les commerces, ou presque, sont fermés. Les déplacements sont limités. Il règne à l’extérieur un silence inhabituel, et à l’intérieur un bruit assourdissant: celui des médias qui diffusent en continu leurs nouvelles.

Et si je monte encore plus haut, je ne peux que ressentir l’inquiétude de plein de gens qui ont perdu leur emploi, qui ont fermé leur entreprise et qui se demandent comment ils vont s’en sortir. La solitude de gens âgés qui ne peuvent plus voir leurs proches. La fatigue de parents qui ne sont plus habitués à « garder » leurs enfants à plein temps. L’impatience de personnes qui doivent supporter la présence constante des autres dans leur bulle. La frustration de ceux et celles qui ne peuvent plus sortir à leur guise, des hyperactifs habitués à fonctionner à pleine vapeur, tout le temps. La peine, l’immense peine de ceux et celles qui ne peuvent accompagner leurs mourants, leurs souffrants. Et la peur. Décidément, il n’y a plus rien de normal.

Et il y a beaucoup de souffrances. Des petites et des grandes, desquelles on essaie tant bien que mal de se distraire, desquelles on ne peut plus se distraire aussi facilement qu’avant.

Qui va le mieux se sortir de cette pandémie?

Les enfants d’abord, heureusement moins à risque pour des raisons qu’on ne peut préciser tout à fait. Puis ceux et celles dont l’organisme va le mieux résister à l’infection. Les plus jeunes, les jeunes adultes, les personnes dans la force de l’âge.

Où trouverons-nous le plus de victimes? Chez les personnes âgées, pas toutes bien sûr, mais les plus faibles, surtout celles qui sont déjà affectées par d’autres complications qui les rendent plus vulnérables, plus fragiles.

Qui a le plus de chance de se sortir de la souffrance morale que génère cette pandémie? Les enfants d’abord, si on continue de les laisser être des enfants et qu’on les préserve de notre anxiété. Puis les plus vieux. Pas tous, bien sûr, pas juste eux évidemment, mais particulièrement ceux qui ont déjà souffert, qui ont du vécu, qui ont traversé des épreuves, qui ont compris que la vie n’est pas toujours un chemin facile, que la souffrance fait partie de notre condition humaine. Et tous ceux qui se sont développés en sachant qu’on n’obtient rien sans effort, sans abnégation, sans privation, sans souffrance. 

J’écoutais un explorateur (1) qui a traversé l’Antarctique (un périple à skis de 1500 km qui a nécessité 2 mois d’efforts surhumains) dire qu’il puisait constamment dans ses souvenirs, dans son vécu, dans ses expériences passées pour trouver l’énergie pour continuer, pour dépasser la souffrance quotidienne. Et il ajoutait que peu de jeunes auraient pu faire la même chose, par manque de ce bagage de vécu. Et je crois qu’il avait raison. 

On admire le chef d’état exceptionnel, mais on oublie qu’il a essuyé bien des défaites qui l’ont mûri. On admire la médecin, héroïne avec tous les gens qui nous soignent actuellement, mais on oublie qu’elle a bûché, que son diplôme ne lui a pas été donné gratuitement, qu'elle a fait beaucoup de sacrifices. On admire l’astronaute qui a la reconnaissance de son pays, mais on oublie les efforts physiques et mentaux et l’engagement qu’il a soutenu pendant des années pour en arriver là. Et ainsi de suite. 

C’est sans parler de ces gens ordinaires, tous ceux qui, jour après jour, depuis des années, sont devenues anti-fragiles, pour employer le terme de Mark Manson dans son livre Tout est foutu (2). Des gens qui vont passer à travers les épreuves que nous oblige à traverser la pandémie actuelle, parce qu’ils se sont entraînés à souffrir. Et qui se sont entraînés à supporter la souffrance, parce qu’ils avaient un objectif, un espoir, un rêve, un sens qui les animait.

Mes parents étaient de cette race. Ils ont vécu, enfants, la pandémie de grippe espagnole, puis la grande dépression et les privations de la seconde guerre mondiale. Ils ont élevé quatre enfants à qui ils ont donné la possibilité de faire des études supérieures par leur engagement,  leur souci de faire plus avec moins,  leur détermination à dépasser des souffrances maintenant pour un meilleur plus tard. Mes parents étaient anti-fragiles.

Et malgré leur vie frugale et parfois difficile, je  n’ai jamais senti, comme enfant, ni plus tard comme adulte qui les voyait vieillir et qui les a vu mourir, de désespoir, de peur, de panique. Et pourtant, ils en ont vécu d’immenses chagrins, dont la perte pas normale de deux de leurs enfants partis avant eux. 

Ils n’étaient pas froids, insensibles, mais ils n’étaient pas fragiles. Ils étaient matures, courageux, honnêtes, humbles, capables de naviguer dans l'adversité, de faire des sacrifices. C'était comme ça la vie à cette époque. 

Qui sont les plus fragiles actuellement? 

Notre société est orientée sur les plaisirs immédiats. Et elle en prend un sacré coup ces temps-ci. C’est plus difficile de s’étourdir aussi facilement qu’avant. Cette société a encouragé, depuis les 30-40 dernières années, la recherche du plaisir a tout prix, en tout temps, tout de suite. Elle a laissé supposer que le bonheur est synonyme d’absence de souffrance, que tout peut s’obtenir facilement. Elle nous a laissé supposer qu’on peut devenir célèbre en un jour grâce à YouTube et aux médias sociaux. Il n’y a que voleurs, les tricheurs et les menteurs qui obtiennent tout facilement, richesse, reconnaissance, popularité. 

Tous ceux qui y ont cru sont les plus fragiles actuellement. La réalité les rattrape, ils vont trouver cela très  difficile. Et je ne pense pas uniquement aux ados qui, c’est bien normal, sont insouciants, en recherche et plus vulnérables à ces illusions. Mais aux adultes encore ados, qui n’ont pas encore compris que la vraie vie, c’est ce qu’on vit présentement, malgré tout ce que cette pandémie peut avoir d’exceptionnel.

Les plus fragiles, ce sont ceux qui n’ont pas appris qu’on n’a pas le choix de devenir responsable, de s’engager à traverser cette souffrance, d’être fort et courageux pour nos enfants, de ne pas répondre à tous leurs caprices de peur de ne pas être aimé, de leur servir de modèle pour en faire des adultes qui seront un jour capables, eux aussi, d’affronter les chaos et les désespérances que ne manque pas de nous apporter une vie. 

Moi je suis présentement un privilégié de la vie. Je me remets d’un rhume qui m’a enlevé beaucoup de forces, mais je suis bien peinard chez-moi, et j’attends que cette crise passe sans vraiment en subir des conséquences néfastes. J’ai la chance d’avoir 70 ans et plus, d'être obligé de rester chez-moi, mais de pouvoir profiter du confort de ma maison. C’est pas moi qui souffre le plus et, bizarrement, je ne suis pas en révolte contre le fait de devoir réduire mes déplacements, de ne plus voir mes enfants et mes petits-enfants, de ne plus aller au cinéma, etc.. Je me dis que ça va passer, c’est tout. Et je n'ai surtout pas le goût de faire la morale à personne. Croyez-moi, quand on écrit, c'est d'abord à soi-même qu'on s'adresse.

Je salue

Mes 3 enfants qui sont à plein temps à la maison avec leurs propres enfants, qui s’en occupent, qui leur laissent vivre leur vie d’enfant malgré tout, qui leur font l'école, les distraient, les élèvent, etc. Et aussi  mon fils Philippe qui, comme il le dit, est en guerre à son travail pour continuer à aider une clientèle de gens très vulnérables.  Je vous aime gang.

Je salue bien bas aussi tous ces gens qui continuent, au péril de leur santé souvent, à travailler pour que nous puissions survivre à la pandémie, qui démontrent courage, abnégation, dévouement. 

Et je vous salue, chère lecteurs, chères lectrices, qui êtes sans doute pour la plupart confinés à la maison ou qui œuvrez dans les services essentiels. Je vous souhaite bien sûr la santé, mais surtout que vous trouviez en vous ces ressources que vous n’avez pas manqué de développer, parce que vous aussi avez traversé des souffrances dans votre vie: vos ressources d’anti-fragilité. Le monde en a bien besoin actuellement.

Sortira-t-on changé de cette pandémie? Il est beaucoup trop tôt pour le dire, mais c'est une belle occasion de s'engager et de se renforcer. On se reverra dans quelques semaines, les mains propres et les cheveux très longs, pour renouer avec les vrais plaisirs des rencontres amicales, des fêtes et des promenades bras dessus bras dessous. 

Andrea Tutto Bene!  Ça va bien aller! Et n'hésitez pas à me laisser votre commentaire plus bas sur cette page.

(1) Bernard Voyer a traversé le pôle Nord, traversé le pôle Sud, grimpé l’Everest, et fait le tour du monde par les plus hauts sommets​.

(2) Mark Manson, blogueur et écrivain américain.

Qui va le mieux se sortir de cette pandémie? Les anti-fragiles.

Clicquez pour Tweeter
Pour partager
  • Avatar François dit :

    Un bel article qui recoupe le principe de systèmes anti-fragiles de Nicholas Taleb, systèmes qui s’améliorent sous l’effet du stress ou d’un choc.
    Malheureusement, le choc de cette pandémie est tel qu’il risque de mettre à terre notre économie pour des années. Notre économie qui ne s’était pas encore remise de la crise de 2008…
    Reste l’humain… à qui j’ai pleinement confiance pour mettre en place des solutions innovantes et passer outre cette crise. Nous voyons déjà des initiatives citoyennes (masques, visières imprimées en 3D, gel hydroalcoolique au départ d’alcool alimentaire, entraide…) alors que nos gouvernements peinent à suivre.

  • Merci Huguette. C’est préférable de s’inscrire pour recevoir toutes nos mises à jour et nos nouveaux articles dès leur parution. Voici la page pour s’inscrire à notre Newsletter (dans le haut de la page). https://oserchanger.com/blogue_2/

  • Avatar Huguette dit :

    Merci Marc pour cette belle initiative. Ça fait changement des nouvelles que j’écoute parfois en boucle en tricotant. Dois-je m’inscrire pour officialiser ma présente parmi vous tous? xxx

  • Merci Sylvie. Certains me disent qu’ils ont l’impression d’être dans un rêve. Comme on n’a pas de références auxquelles se rattacher, ça donne une impression d’irréalité.

  • Merci Ginette 😉

  • Avatar magalie lavoie dit :

    Merci Marc! Toujours généreux de tes bons mots qui font du bien au coeur.

  • Avatar Ginette dit :

    Merci pour votre partage, plein de sagesse, de gros bon sens et exprimé avec une belle plume.

  • Avatar sylvie nicol dit :

    bonsoir,

    je viens de lire votre article qui m’a touché. j’ai la cinquantaine.
    c’est vrai que ce confinement nous met à rude épreuve. nous fait comprendre que les rencontres entre amis étaient importantes puisque nous ne pouvons plus les faire.
    c’est bizarre mais j’ai du mal à réaliser ce qui se passe. la gravité. comme un déni.
    j’ai du mal aussi à prendre le téléphone pour discuter avec mes connaissances. tellement l’habitude des SMS… avant on se parlait au téléphone, on échangeait.
    merci pour ce bel article.
    prenez soin de vous.

  • Merci Sophie. Lâchons pas!

  • Avatar Sophie dit :

    Merci Mr Vachon pour cet article plein de vérités. Vous éclairez les lumières sur mon chemin. Vous ouvrez ma conscience et aider ma réflexion avec pertinence et discrétion. Cette période de confinement que je vis seule suite à une séparation me confronte à mes doutes, mes peurs… cette épreuve décuple mes forces, c’est pour moi une leçon de courage et j’apprends tous les jours. Je vous lis à chaque fois avec grand plaisir. Portez vous bien. Sophie

  • Merci à vous Annie. Je suis content d’avoir votre commentaire de battante, qui a traversé des vents contraires et qui êtes maintenant capable de regarder ça avec du recul. Le concept d’anti-fragilité n’est pas de moi, mais de Mark Hanson. Mais j’aime cette idée, non pas de force et de puissance, qu’on met souvent à l’opposé de la faiblesse, mais de courage, de résilience et d’engagement qui sont les qualités des anti-fragiles.
    Oui j’ai hâte de retrouver ma gang en vrai quand ça sera fini. C’est toujours surréaliste de parler à ma fille à dix pas, dehors au froid, comme je viens juste de le faire, alors qu’elle vient de nous apporter notre épicerie. Gardons le moral.

  • Avatar Queval dit :

    Toujours un plaisir de vous lire… Même sur un sujet tel que la pandémie… J’aime beaucoup votre appellation les anti-fragiles… C’est tellement ça…. En vous lisant sur vos parents, j’ai trouvé beaucoup de similitudes avec les parents…. La guerre. La perte d’une maman jeune… Les crises et aléas climatiques violents dans l’agriculture… Et pourtant, tant d’amour et de patience pour les 5 enfants que nous étions…. Un burn out en 2018 pourrait me coller une étiquette de fragile…. Mais je m’y refuse…. J’ai certes eu une grande baisse d’énergie, mais forte des expériences familiales, je continue d’être une battante….. Merci d’avoir été un tuteur important durant cette période… Je vous souhaite santé pour pouvoir dès que permis retrouver vos proches… Nul doute que vous apprécierez ce moment savoureux des retouvailles. Annie

  • Merci pour cette image Maryse. On pourrait dire aussi que le marin qui n’a jamais affronté de tempête sera bien mal pris quand il ne pourra l’éviter. En passant, quelle magie quand même de pouvoir nous rejoindre à des milliers de km de distance.

  • Avatar Maryse dit :

    Merci pour cet échange que je partage sur ce point: ceux et celles qui ont déjà traversé des tempêtes, à l’image d un marin dans son bateau qui ne résiste pas, mais va dans le sens des vagues. A bout de souffle, il reste ancré dans l’instant présent, là où la vie se passe. Lumineusement à tous de l’Île de la Réunion.

  • Quel bel enseignement elle vous a laissé et qui continue à vivre en vous. Ce soir, je lèverai mon verre à nos ancêtres et à votre santé. Tchintchin !

  • Vous avez de la chance, je n’ai pas ce privilège. Je l’espère en grande forme.

  • Avatar Alain Marteaux dit :

    Merci pour cet article plein de sagesse Monsieur Vachon. Un grand bonjour depuis la Belgique ! Je suis ami et collègue de Guy Ausloos

  • Avatar Nathalie dit :

    Merci Mr pour avoir pris le temps de nous faire partager ce moment de réflexion et d’apaisement. J’ai fêté mon anniversaire avec mon mari samedi; et l’émotion m’a gagné car , oui, c’était ma mère qui m’avait mise au monde 66 ans auparavant. Une vie très difficile qu’elle a connue. Avec force courage, elle m’a élevée à bout de bras….j’ai levé un toast à sa gloire. Trois fois je l’ai saluée. Elle m’a donné la certitude que tout passe et qu’il faut lever la tête et repartir….

  • Merci Jenny, c’est très gentil.

  • Avatar Cubeddu dit :

    Merci Monsieur pour ce bel article très réaliste.
    Je vous souhaite une bonne santé pour que vous continuez à nous écrire et ainsi nous aider à franchir le pas pour enfin « oser ». Continuez à être en forme pour retrouver votre belle famille, enfants et petits-enfants après cette épreuve, liens que beaucoup ont perdus ou n’ont pas su le préserver.
    Avec toutes mes salutations respectueuses.
    Jenny

  • C’est vraiment dans des situations d’exception, comme celle que l’on vit tous, qu’on essaie de trouver, dans nos mémoires, des expériences qui peuvent s’en rapprocher, pour les apprivoiser peut-être. Comme je n’en trouvais pas, c’est tout naturellement que j’ai pensé à mes parents qui, eux, ont traversé avec de maigres moyens des épisodes de vie qu’ils m’ont racontés, peut-être, et je mesure aujourd’hui leur résilience et leur enseignement discret.
    Merci de votre partage et prenez soin de vous.

  • Avatar Brafine denis dit :

    Bonjour,
    C’est en toute humilité que je salue cet écrit qui m’interpelle au plus profond de mon être. Je suis très touché par la profondeur de votre « histoire » de cœur, de grandeur d’âme quand vous évoquez vos parents dans leur fierté en traversant la souffrance. J’ai aussi 70 ans et plus et j’ai eu l’occasion, il y a une semaine jour pour jour, de faire un petit courrier à mes 4 frères et ma sœur pour leur dire combien maman et papa ont travaillé dur dans la souffrance pour nous élever dans la dignité avec un maigre salaire; ce sont des gens qui apparemment ne présentaient pas de signes de souffrance et pourtant, âgée de 10 ans en ce temps là, j’observais déjà les stigmates de leur situation familiale. Merci encore à vous pour ce rappel vous concernant et qui me concerne aussi.

  • Merci Lucie. Avec ce temps libre à temps plein, je me remets à l’écriture et à la lecture. Vous l’aurez cherché 😉

  • Avatar Lucie dit :

    Merci pour cet intéressant texte! Vous me faites beaucoup réfléchir et j´aime ça! Continuez d’écrire… c’est bon pour « notre » moral!

  • Merci Magalie. De ton commentaire d’abord que je déguste en même temps que mon café. Et de m’avoir fait confiance et donné cette chance incroyable de rencontrer tous les gens de ton organisation. Une de mes plus belles expériences à vie. J’ai rencontré là des gens riches et généreux. Et je me souviens avec plaisir des petits soupers que j’allais prendre dans le Vieux Montréal après mes journées de travail. Du bonheur. En passant, tant qu’à t’avoir au bout d’Internet, si j’avais un palmarès des meilleurs gestionnaires rencontrés pendant toutes ces années (Hommes et femmes), sans flagornerie, t’as la palme d’or.
    We will overcome, comme chanterait Martin Luther King. Prends soin de toi.

  • Avatar magalie lavoie dit :

    Cher Marc, tu as toujours été un homme de grande sagesse, pas juste avec des conseils mais avec ta capacité à faire réfléchir. Je me souviens de la merveilleuse formation que tu as donné à tous les employés à la Commission des transports. Tu peux te dire que tu as outillé bien des gens qui j’espère se servent maintenant de tes enseignements en communication bienveillante pour gérer les tensions que beaucoup vivent. Bien de tes enseignements m’ont servi et continuent de me servir dans la vie. Je n’ai jamais eu meilleure formation que la tienne. Ton article sur les anti-fragiles est fort intéressant, c’est vrai que nos expériences nous forgent, nous solidifient. Je me demande parfois si tu as formé d’autres professionnels comme toi, qui sont-ils? parce que sinon il nous faudrait te cloner. Ceux qui me connaissent savent la confiance que j’ai toujours eu en toi, j’ai souvent nommé ton nom en exemple. Prenez bien soin de vous deux, et j’espère que tu continueras à laisser ton empreinte constructive qui devrait paver notre chemin. Sincèrement Magalie Lavoie

  • Merci Louise.

  • Avatar Louise Bergeron dit :

    Merci beaucoup pour cet article réconfortant et plein d’espoir!

  • >