Manipulation: six pistes pour reprendre le contrôle

manipulation

Chacun de nous peut, à l'occasion, être l'objet de la manipulation et du chantage émotif d'un parent, d'un enfant, d'une collègue de bureau, d'un vendeur...

Je vous propose quelques pistes et de bonnes questions à vous poser pour sortir de votre impuissance quand vous êtes victime de manipulation.

Cela demande un peu de réflexion, bien sûr, mais ça vaut le coût pour reprendre le contrôle et éventuellement vous prémunir des manipulateurs.

Il y a souvent un type de manipulation à laquelle on est plus vulnérable et c'est toujours intéressant d'en prendre conscience. Pour la trouver, pensez à une situation dans laquelle vous vous croyez manipulé et identifiez le type de manipulation qui agit sur vous. Êtes-vous plus sensible à des techniques de manipulation actives et directes, voire agressives? Ou êtes-vous plus souvent la proie de manipulateurs passifs qui utilisent des techniques subversives?

Bien sûr, vous comprendrez mieux ces notions en consultant mon précédent article Manipulateurs passifs et actifs: comment les reconnaître (2). Vous trouverez une description de chacun des types de manipulateur: dictateur, calculateur, brute et juge (actifs); victime, dépendant, aimable et protecteur (passifs). 

Encore plus important, vérifiez  dans vos relations passées pour trouver des constantes. Si quelqu’un a perçu un ou des points faibles chez-vous et qu’il s’en sert, il y a fort à parier qu’il n’est pas le premier.

Qu'est-ce qui vous motive à laisser agir le manipulateur?

Les raisons de notre vulnérabilité à la manipulation sont multiples et différentes d’une personne à l’autre. Ainsi, une personne manipulatrice peut vous motiver à faire ce qu’elle veut parce qu’elle touche chez-vous une corde sensible et provoque un malaise ou une émotion que vous ne voulez pas ressentir: c'est ce que vous voulez éviter.

D'autre part, la personne manipulatrice peut contrôler votre comportement en vous faisant miroiter l’espoir d’un gain quelconque: un avantage affectif, de l’attention, de la reconnaissance, du statut, de l’amour même ou un avantage matériel comme de l’avancement professionnel, la possibilité d’atteindre plus facilement nos buts, d’obtenir des résultats, des récompenses tangibles.

Alors, repensez à une situation de manipulation et répondez à ces questions:

- Est-ce que je veux éviter quelque chose en laissant continuer la manipulation? Si oui, quoi?

- Qu'est-ce que j'ai à gagner en laissant continuer la manipulation?

(Nous élaborons d'avantage sur ce thème dans un autre article: Définition de la ​​​​manipulation: pourquoi on se laisse faire?)

Idée clé #1

Une pensée à méditer: « Si vous êtes un mordu de l'approbation, votre comportement est aussi facile à contrôler que celui de tout autre junkie. Tout ce que le manipulateur doit faire est de vous donner ce dont vous avez envie, et puis menacer de vous l’enlever. Tous les revendeurs de drogue dans le monde jouent à ce petit jeu. » Harriet B. Braiker

Attention à ces pensées irrationnelles: elles vous rendent plus vulnérable

On appelle pensées irrationnelles certaines convictions personnelles qui ne sont pas raisonnables, qui ne répondent pas au bon sens. Des phrases qu'on se répète, dont on se convainc et qui augmentent nos chances d'être victime de manipulation. Voyez si vous vous reconnaissez dans quelques-unes de ces phrases:  

  • Je dois absolument être aimé de tous …
  • Je dois être aimé de cette personne en particulier (et je suis donc prêt à tolérer beaucoup de choses pour y arriver).
  • Il faut être gentil tout le temps, sinon…
  • Je dois aider les autres pour être reconnu, aimé, important. C'est ma mission de sauver les autres.
  • Il faut tout savoir, ne jamais se tromper. Je n'ai pas droit à l'erreur. Je dois être parfait.
  • Il ne faut jamais changer d'avis. Je dois répondre immédiatement aux demandes et aux questions... (Voilà justement ce que la personne manipulatrice essaie de vous faire croire.)
  • Il faut toujours être généreux, ne jamais être égoïste. («On sait bien, tu ne penses qu'à toi! Tu ne m'aimes pas vraiment! Tu es un mauvaise mère...»)
  • Il faut toujours répondre aux demandes sous peine d’être une ingrate. («Après tout ce que j'ai fait pour toi...»)
  • Il ne faut pas se plaindre, il faut endurer. («T'es donc bien sensible...».)
  • On ne peut pas me faire confiance. Je n’ai pas de valeur. On ne peut pas m’aimer.
  • Je ne sais pas prendre soin de moi.
  • Les autres sont plus intelligents, plus performants, plus habiles que moi.
  • Il (elle) va finir par comprendre. Il (elle) va finir par changer.
  • Il faut le (la) comprendre (et donc tout excuser).
  • Il faut absolument s’entendre entre collègues, entre membres d’une même famille. 
  • Parents et enfants doivent s’entendre à vie.

Idée clé #2

Comment modifier une pensée irrationnelle nuisible?

Au chapitre 4  de notre livre Oser changer: mettre le cap sur ses rêves,  nous expliquons en détails, avec des exemples, une méthode permettant de modifier ce type de pensée qui nous rend vulnérable. Disons simplement que, si vous identifiez une idée irrationnelle qui vous nuit, vous pouvez lui enlever de la force en la mettant en doute avec des questions comme:

  • Qu’est-ce qu’il y a de ridicule ou d’absurde dans cette idée?
  • De qui je tiens cette idée ridicule? 
  • À long terme, quel prix devrai-je payer si je continue à l'entretenir?
  • Quel prix ma famille ou les gens que j’aime devront-ils payer si je ne la modifie pas ?

Retenez qu'on ne communique pas normalement avec une personne manipulatrice.

Pourquoi? Tout simplement parce que le manipulateur ne communique pas avec une personne, mais avec une chose qu'il veut contrôler (en l'occurrence Vous). Ce qui caractérise le plus sa façon de communiquer, c'est la confusion. Il ment, n'exprime pas clairement ses besoins, ses demandes, ses sentiments et ses opinions et ses réponses sont très souvent évasives, floues.

Alors, souvent, il vous faut décoder entre le verbal et le non-verbal, deviner, interpréter. Par exemple, son langage non-verbal vous indique qu’il boude, qu'il est en désaccord, mais quand vous lui en fait part, il dit qu’il ne boude pas, que tout est correct: il nie l'évidence. Et vous finissez par vous mettre en doute vous-même. Un conseil: fiez-vous à ce que vous ressentez.

De plus, la personne qui fait de la manipulation ne vous écoute pas vraiment, mais fait plutôt de l’écoute sélective et fuyante. Elle n’écoute que ce qui fait son affaire pour s’en resservir (Comme tu le disais hier...), que ce qui va dans le sens de ses idées, évitant même certains sujets en changeant le fil de la conversation (Vous voulez en savoir plus sur les mauvaises façons d'écouter? Voyez ici).

En conséquence, la solution à cette communication tronquée ne viendra  pas de lui. D'où l'importance que vous commenciez à faire le deuil d'une bonne communication avec cette personne et à lâcher-prise sur cette idée qu'il va finir par comprendre ou qu'elle va finir par changer.

Apprenez à décoder une communication faussée

Avec les manipulateurs, vous devez apprendre à décoder la communication, reconnaître les rôles qui se jouent et essayer de les déjouer s'il y a lieu, en ramenant la communication sur un plan rationnel. En analyse transactionnelle, on nomme cela une interaction Adulte

En effet, le cadre de l'analyse transactionnelle est très pertinent pour mieux comprendre les rôles que l'on joue en communication avec les autres. Ce modèle a le mérite d'être clair et s'applique particulièrement bien aux interactions que nous avons avec un manipulateur.

Je  vous invite à consulter notre article Analyse transactionnelle: pour comprendre nos rôles en communication pour une explication plus élaborée de cette approche de la communication et pour voir des exemples de réponse de type Adulte..

Idée clé #3

Entretenez des croyances qui assurent une bonne estime de soi. Même si ce n’est pas facile de développer de nouvelles croyances, il reste que nous devrions prendre modèle sur les personnes qui ont une bonne estime d’elles-mêmes.

Voici quelques croyances à entretenir:

  • Je fais confiance à mon corps, à ce que je ressens.
  • Tout le monde a droit à l’erreur, moi aussi.
  • Je ne suis pas parfait.
  • J’ai de la valeur, quoiqu’il arrive.
  • Je suis capable d’apprendre, d’influencer. Ce que je ne sais pas, je peux l’apprendre.
  • Je peux dire non à tout moment, changer d’idée et exprimer mes véritables sentiments. Je n'en mourrai pas...

8 conseils pour développer votre estime de soi 

Meilleure est votre estime de soi, moins grande est votre vulnérabilité à la manipulation. Nous vous proposons donc en terminant les huit conseils de Catherine Cardinal Ph.D. pour conserver une bonne estime de soi (tirés de The ten commandments of Self-Esteem).

  1. Faites-vous confiance. Tenez compte de vos intuitions, de vos émotions de vos malaises tant physiques que psychologiques. Votre corps détient sa propre sagesse et ses signaux de fatigue et de stress.
  2. Ne donnez jamais au-delà de vos propres capacités et conservez une partie de vos énergies pour vous-mêmes et pour les imprévus.
  3. N’accordez pas trop d’importance à l’opinion des autres, à leurs critiques, à moins que cela ne vienne de quelqu’un que vous respectez et en qui vous avez une grande confiance. Vos valeurs, même si elles sont différentes, sont tout aussi importantes et défendables que celles des autres.
  4. Permettez-vous de dire Non! à tout moment, de changer d'idée et d'exprimer vos véritables sentiments.
  5. Évitez la compagnie des personnes qui remettent vos valeurs en question et qui vous font vous sentir moins que vous n’êtes.
  6. Évitez également la fréquentation des personnes plus dysfonctionnelles que vous. Entourez-vous de gens plaisants, positifs et heureux, de personnes qui vous font du bien et qui sont crédibles à vos yeux.
  7. Cessez de chercher des explications aux attitudes et comportements des autres qui n’en ont pas ou qui n’ont aucun rapport avec vous. Concentrez-vous sur vos objectifs et laissez aux professionnels de l’aide le soin de faire leur travail.
  8. Soyez bons pour vous-mêmes. Récompensez-vous, félicitez-vous pour vos bons coups.

Conclusion

Remarquez que chacun de nous a potentiellement en lui les habiletés pour manipuler. Cela devrait nous rendre prudent avant de porter un jugement sur quelqu'un à partir des opinions des autres. Souvent, en effet, elles n'ont vu que certains aspects de ces individus. Mais rappelons-nous que réduire autrui à un moyen, c’est s’exposer soi-même à être traité de la même manière.

Pour aller plus loin

livre lâcher prise

Notre livre LÂCHER PRISE: comment prendre de l'altitude.  

Cliquez ici pour en savoir plus.

Quelques pistes et de bonnes questions à se poser pour sortir de notre impuissance quand on est victime de manipulation.

Cliquez pour envoyer ce Tweet
>