Un simple exercice d’estime de soi avec votre miroir

Nous vous proposons un exercice d’estime de soi qui, aussi banal puisse-t-il paraître, n’en demeure pas moins intéressant. Avoir le sentiment de sa propre valeur, s’aimer soi-même, voilà un des facteurs les plus pointés du doigt, en psychologie, en ce qui a trait à l’épanouissement d’un individu. D’ailleurs la plupart des problèmes en santé mentale – et bien des problèmes physiques – sont plus ou moins liés à la perte ou à l’absence d’estime de soi. En effet, le peu de considération pour soi-même peut nous amener à aller au-delà de nos limites, à mal gérer notre temps, à faire de mauvais choix et nous précipiter, à moyen terme, dans la dépression, le burn-out et le stress.

L’estime de soi constitue d’ailleurs l’un des 50 facteurs généraux de protection en santé mentale déterminés par l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) et elle a été le thème central d’une de ses campagnes annuelles (voir encadré plus bas).   

L’estime de soi et le changement

Il y a un lien très étroit entre l’estime de soi et la capacité à réaliser des changements dans sa vie, tant sur le plan personnel que professionnel. Avoir une bonne estime de soi suppose qu’on se fait confiance, qu’on croit à sa capacité d’apprendre, d’entreprendre et de réussir. Cette capacité est présente dès le départ dans notre vie et personne n’en est complètement dépourvu ; c’est un cadeau de naissance, en quelque sorte.

Une personne qui a une perception positive d’elle-même ne remet pas en question sa valeur et, par le fait même, elle reconnaît aussi qu’elle a les capacités d’acquérir les connaissances nécessaires et de faire les apprentissages requis pour atteindre ses buts. Elle accepte également parfois de vivre des tiraillements intérieurs. Comme elle fait des choix, elle accepte la responsabilité de ces choix et les conséquences qui en découlent. 

Les principales sources d’estime de soi

Mandatée par l’ACSM, la firme Léger Marketing a réalisé une étude par Internet auprès de 1 000 personnes  de plus de 18 ans, réparties dans toutes les régions du Québec, pour déterminer les éléments qui développent ou maintiennent la confiance en soi et ceux qui contribuent à la perte de confiance en soi.

L’amour des siens (54%), la santé (41%), l’amitié (39%), le développement de ses habiletés (39%) et le fait d’apprendre de ses expériences (32%) sont les principaux éléments qui aident les Québécois à développer ou à maintenir leur confiance en eux. Le rejet (46%), le manque d’argent (42%), l’échec (38%), la perte d’autonomie (36%) et le dénigrement (36%) sont les principaux éléments qui contribuent à faire perdre sa confiance en soi selon les Québécois.

Nous vous proposons ailleurs (L’amour de soi:  passeport pour une vie satisfaisante) un exercice pour prendre conscience de vos propres sources personnelles d’estime de soi et pour vérifier si elles sont sous votre contrôle ou non. Vous retrouverez cet article dans notre Dossier sur le thème de l’estime de soi.

Un exercice d’estime de soi avec un miroir

exercice d'estime de soiLouise Hay, auteure de très nombreux ouvrages de développement personnel et fondatrice de la maison d’édition Hay House, revient souvent sur l’importance d’apprendre à s’aimer soi-même, condition sine qua non pour attirer la joie, l’abondance, les expériences de bien-être, etc. 

À partir du constat que nous nous parlons souvent intérieurement de façon très négative, elle suggère ce simple exercice d’estime de soi. Sur une base quotidienne, elle nous propose de nous exercer à dire « Je t’aime X (votre prénom) » quand nous nous regardons dans un miroir.

Personnellement, quand je me regarde dans les yeux, j’accompagne le tout d’un sourire et d’un clin d’œil. Louise Hay conseille de faire cet exercice d’estime de soi pendant 30 jours. (Si vous avez le goût de changer d’affirmation, essayez « T’es belle, t’es bonne, t’es fine, t’es capable ! » comme dans la célèbre publicité)

Au début, quand vous allez penser à faire cette affirmation, plusieurs pensées vous viendront à l’esprit et votre conversation intérieure va démarrer avec des phrases comme: Franchement, c’est stupide!  T’as vraiment l’air niais(e)! Tu n’es pas si aimable que ça! Y a des affaires dont tu n’as pas à être fier(e)! Tu pourrais tellement faire plus et mieux! En plus, t’as pas vu ces rides, ces cheveux gris, ces poches sous les yeux! 

Mais je vous invite à persévérer pendant trente jours. Chaque fois que votre regard croise un miroir, regardez-vous et répétez: « Je t’aime« , que ce soit en brossant vos dents, au volant de votre voiture, dans un vestiaire ou en regardant votre reflet sur l’écran de mon ordinateur. Allez au-delà des pensées critiques typiques jusqu’à l’essence de qui vous êtes.

Au fur et à mesure, vous allez vous sentir un peu moins maladroit, plus confortable avec ces pensées. Graduellement, vous allez remarquer que les voix critiques dans votre tête vont se ramollir. Quand votre esprit reviendra à vos défauts, recentrez doucement vos pensées et soyez bon avec vous-même. Cet exercice vous ramène dans le présent. Progressivement vous développerez avec vous-même une relation plus affectueuse. Je sais, l’idée de faire ces affirmations en se regardant dans le miroir peut sembler ridicule (tout est dans la perception), mais je vous mets au défi de le faire quand même pendant trente jours. Vous m’en donnerez des nouvelles.

VOIR AUSSI

Dossier sur le thème de l’estime de soi.

Partagez
>