1

Comment mieux se connaître pour prendre de meilleures décisions

meilleures décisions

par Simon Cavé

Quand on parle de prendre de meilleures décisions, on pense souvent à peser le pour et le contre, mais on a rarement le réflexe de prendre en compte nos aspirations, nos valeurs, mais aussi nos forces et nos faiblesses. Pourtant ces choses-là pèsent lourdement dans la balance au moment de faire nos choix.

Ignorer un ou plusieurs de ces éléments, c’est courir le risque d’être déçu, frustré ou malheureux.

Choisissez un métier qui n’est pas aligné avec vos aspirations et vous trainerez des pieds pour aller au travail tous les matins.

Prenez une décision qui est en contradiction avec vos valeurs et vous vous sentirez en conflit avec vous-même.

Acceptez de travailler sur un projet qui vous déplaît et qui nécessite en plus des compétences que vous n’avez pas et le temps vous paraîtra très long. 

C’est pourquoi il est important de faire une bonne introspection pour pouvoir ensuite prendre de meilleures décisions. Dans cet article, je vais aborder trois questions à se poser pour mieux se connaître.

Quel est mon objectif?

Pour commencer vous devez vous demander quel est votre objectif. 

Répondre à cette question est difficile parce que notre réponse est très souvent influencée par la société, par notre éducation, notre culture, nos concurrents, les experts qui nous entourent… mais heureusement il existe des façons de limiter ces influences.

Pour connaître votre objectif, votre vrai objectif, je vous propose donc l’exercice suivant. Prenez une feuille et un stylo. Asseyez-vous au calme pendant 30 min pour réfléchir et répondez à la question suivante: 

Qu’est-ce que j’ai envie d’être dans 3 ans? 

Notez bien ici que j’ai écrit 3 ans et non 10, 20 ou 30 ans. La raison pour laquelle je propose une période aussi courte, c’est pour que vous puissiez vous projeter plus facilement en avant. 

Il peut être intéressant de définir nos objectifs sur 20 ou 30 ans, mais c’est beaucoup plus difficile. D’une part parce que nous sommes tous mauvais à penser sur le long terme, comme le prouvent de nombreuses études, et d’autre part parce qu’il n’est pas impossible que nos objectifs changent en cours de route. 

Il y a de forte chance d’ailleurs que les objectifs que vous aviez il y a 10 ans ne soient pas les mêmes que ceux que vous avez aujourd’hui. 

3 ans est donc une bonne durée. C’est assez long pour définir un objectif inspirant, mais pas trop non plus, ce qui facilite vos projections. 

La méthode des «5 pourquoi»

Une fois que vous avez répondu en détail à la question Qu’est-ce que j’ai envie d’être dans 3 ans ? utilisez la méthode des 5 pourquoi pour déterminer ce qui est à la source de cet objectif. Pour ce faire, posez-vous tout simplement 5 fois la question Pourquoi.

Par exemple : 

Mon objectif : Dans 3 ans je veux être indépendant financièrement grâce à l’immobilier.

Pourquoi 1: Pourquoi je veux être financièrement indépendant? 

Parce que je ne veux plus dépendre d’un travail.

Pourquoi 2: Pourquoi je ne veux plus dépendre d’un travail? 

Parce que je déteste l’idée de devoir travailler toute ma vie pour quelqu’un d’autre.

Pourquoi 3: Pourquoi est-ce que je déteste cette idée? 

Parce que je veux plus de liberté.

Pourquoi 4: Pourquoi je veux plus de liberté? 

Parce que je veux vivre selon mes propres termes.

Pourquoi 5: Pourquoi je veux vivre selon mes propres termes?

Pour faire ce qui me passionne et organiser mon emploi du temps comme bon me semble, sans contrainte de temps ou de lieu.  

En procédant ainsi, vous déterminerez mieux ce qui motive vraiment votre objectif. Il se peut qu’en faisant l’exercice, vous réalisiez qu’il est en fait motivé par de mauvaises raisons. Par exemple, vous voulez faire plaisir à vos parents, vous cherchez la reconnaissance des autres, vous cherchez à vous venger, etc. Si c’est votre cas, repartez du début et définissez un autre objectif plus sain.

Connaître votre objectif 3 ans vous permettra de prendre de meilleures décisions et de voir plus loin. Par exemple, si j’ai comme objectif l’indépendance financière, je pourrai décider de ne pas me payer de vacances à la mer ou au ski pendant 3 ans, le temps d’épargner et réinvestir l’argent rapidement dans l’immobilier. 

Définir clairement votre objectif est donc la première étape de cette démarche d’introspection.

Quelles sont mes valeurs?

Il n’est pas difficile de prendre des décisions quand vous savez quelles sont vos valeurs.” Roy Disney

Nos valeurs ont aussi une grande influence sur notre prise de décision, parce qu’elles définissent la façon dont nous pensons et agissons. Elles font partie de notre identité. 

Si par exemple le respect de la nature est une valeur très importante pour vous, vous aurez peut-être tendance à choisir des marques éco-responsables et à essayer de polluer le moins possible. Si en revanche vous accordez plus d’importance au statut social qu’à la préservation de l’environnement, vous choisirez peut être d’acheter une grosse voiture malgré qu’elle soit polluante.  

Nos valeurs influencent donc nos décisions, mais elles influencent aussi ce que l’on ressent après les avoir prises. Si par exemple la valeur famille est très importante pour vous et que vous choisissez un travail qui vous contraint à travailler 60h par semaine loin des vôtres, vous vous sentirez peut-être stressé et en conflit avec vous-même parce que votre choix sera en contradiction avec votre valeur.

Il est donc important de connaître quelles sont vos valeurs personnelles pour mieux comprendre comment vous fonctionnez, mais aussi pour prendre de meilleures décisions.

Voici un exercice qui vous permettra déjà d’avoir un aperçu de vos valeurs les plus importantes.

a- Commencez par faire une liste des 10 valeurs que vous jugez être les plus importantes pour vous (si vous avez du mal à les trouver, aidez-vous de la liste suivante).

b- Après les avoir listé, classez-les par ordre d’importance. 

Dans mon cas ce serait :

  1. la santé 
  2. le bonheur
  3. la liberté 
  4. la persévérance
  5. la passion
  6. la patience
  7. l’ambition 
  8. la sincérité
  9. l’originalité 
  10. le calme 

Connaître vos valeurs vous permet d’orienter bien plus facilement vos choix. Par exemple, dans mon cas, si demain on me proposait un travail passionnant dans une grosse ville qui vit à 1000 à l’heure, j’accepterais parce que la passion (5) et l’ambition (7) sont 2 valeurs qui sont plus importantes pour moi que le calme (10).

Et si je gère une entreprise ambitieuse depuis 2 ans, mais que je me tue à la tâche et que cela ne me rend pas heureux, je choisirai peut être de revendre mon entreprise pour faire quelque chose qui me plaît parce ma santé (1) et mon bonheur (2) passent avant mon ambition (7).

Parfois, mieux connaître vos valeurs viendra confirmer ce que vous savez déjà, parfois cela vous ouvrira les yeux sur vos décisions et, dans tous les cas, cela vous permettra de prendre de meilleures décisions. 

Quelles sont mes forces et mes faiblesses?

Il va de soi que connaître vos forces et vos faiblesses est un bon moyen de mieux orienter certaines de vos décisions, en particulier celles qui concernent votre carrière, vos choix de formation et tous les projets qui impliquent vos compétences.

Pour donner un exemple simple, si vous achetez une vieille maison et que vous hésitez entre faire les travaux de rénovation vous-même ou passer par des artisans, le fait de connaître vos forces et vos faiblesses vous aidera à faire un choix plus éclairé. Si vous savez que vous n’avez aucune connaissance dans les techniques de construction et du bâtiment, il vaudra sans doute mieux faire appel à un spécialiste qui fera un travail de meilleure qualité et plus rapidement.

De même, si vous gérez un site de commerce électronique (e-commerce) et que avez un problème technique sur votre site, connaître vos forces et vos faiblesses vous évitera peut être de mettre les mains dans le code HTML et d’empirer le problème en voulant le régler vous-même.

Quand vous connaissez vos forces et vos faiblesses, vous évitez non seulement des catastrophes, mais vous gagnez aussi du temps et de l’énergie.

Je vous propose 2 exercices pour connaître vos forces et faiblesses

Exercice 1. Il consiste à vous poser une série de questions en essayant d’être le plus objectif possible.

Pour connaître vos forces, posez-vous les questions suivantes:

  • A quoi suis-je bon?
  • Sur quoi je me fais souvent complimenter?
  • Sur quels projets je peux passer des heures sans me fatiguer?

Et pour vos faiblesses, demandez-vous:

  • Sur quoi est-ce que j’ai souvent besoin d’aide?
  • Quels projets me repoussent et/ou me prennent beaucoup trop d’énergie?

Soyez honnête avec vous-même. L’exercice ne fonctionne que si vous répondez de la façon la plus transparente possible.

Ce premier exercice donne déjà des premiers éléments de réponse, mais il n’est pas suffisant. Vous aurez aussi besoin d’avis extérieurs, d’où l’intérêt de l’exercice suivant.

Exercice 2. Il consiste à demander à plusieurs proches en qui vous avez confiance, les forces et les faiblesses qu’ils voient en vous. 

Choisissez de préférence des personnes que vous connaissez depuis plusieurs années et avec lesquelles vous avez une relation équilibrée. Pour des raisons évidentes, évitez les personnes qui vous admirent ou avec lesquelles vous avez un lourd passif. 

Quand vous faites cet exercice, il est important de mettre vos proches en confiance pour obtenir les réponses les plus complètes. Souvent, ils ne vous diront que des choses que vous voulez entendre et ne partageront pas le fond de leurs pensées, par peur de vous blesser. Or, c’est au contraire ce dont vous avez besoin pour avoir la vision la plus complète possible.

Rassurez-les, dites-leur que vous faites un travail d’introspection et que vous avez besoin de retours honnêtes. Dites-leur que, peu importe ce qu’ils vous diront, vous ne leur en voudrez pas et que cela n’aura aucun impact sur votre relation. Mettez-les en sécurité et insistez vraiment sur le fait que tous leurs retours, bons ou mauvais, sont les bienvenues. Une fois que vous les aurez mis en confiance, ils vous donneront une mine d’informations inestimables.

Ces deux exercices devraient vous aider à avoir une vision plus globale de vos forces et de vos faiblesses, ce qui vous permettra par la suite de prendre de meilleures décisions. 

En résumé

Voici les points les plus important à retenir:

  • Bien vous connaître permet de prendre de meilleures décisions
  • Pour bien vous connaître, vous devez déterminer quel est votre objectif, quelles sont vos valeurs et quelles sont vos forces et vos faiblesses.
  • Pour trouver quel est votre objectif, posez-vous la question Où est-ce que j’ai envie d’être dans 3 ans ? Une fois que vous y avez répondu, utilisez la méthode des 5 pourquoi pour déterminer si votre objectif est motivé par les bonnes raisons.
  • Pour connaître vos valeurs les plus importantes, sélectionnez 10 valeurs dans cette liste et classez-les suivant leur ordre d’importance.
  • Enfin, pour connaître vos forces et vos faiblesses posez-vous quelques questions et confrontez vos réponses en sondant 3, 4 ou 5 de vos proches.

Faire ce travail vous permettra bien sûr de prendre de meilleures décisions, mais vous aidera aussi à mieux comprendre comment vous fonctionnez et quels sont vos besoins, ce qui enrichira d’autant plus votre vie.

POUR ALLER PLUS LOIN

Simon Cavé est un blogueur, webmarketeur, voyageur passionné par le «mieux réfléchir». Il a créé le blog Everlaab et s’intéresse particulièrement aux modèles mentaux qui nous aident à mieux réfléchir, à innover et à prendre de meilleures décisions.

Pour partager
Collaboration spéciale
 

  • Avatar Lynfit dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre article qui m’a beaucoup éclairée sur ma décision de changer d’emploi, j’ai exploré le blog Everlaab (chouette découverte, je m’empresse de continuer ma lecture,…), notamment la matrice de décision qui m’a clairement montré le chemin et j’y vois plus clair désormais. Il suffit parfois d’observer une situation sous un angle différent, cela permet d’accroître les possibilités de résolution du problème. Votre style clair et direct avec une pointe d’humour rend l’apprentissage agréable et c’est avec plaisir que je me suis abonnée pour ne rater aucun article 😉
    Bonne continuation à vous,
    Lynda

  • >